Redonner espoir à la jeunesse, par Jean-Marc Germain

Edito - Jean-Marc GermainLes jeunes pensent aujourd’hui qu’ils vivront moins bien que leurs parents. Ils ont la conviction que le progrès n’est plus possible ou en tout cas pas pour eux. Aucune société ne peut vivre durablement avec ce sentiment ancré dans sa jeunesse. Un pays qui ne donne pas sa place à sa jeunesse est un pays qui n’a pas d’avenir.

 

Redonner confiance et espoir à la jeunesse, c’est d’abord rétablir la promesse républicaine d’égalité des chances à l’école.

Redonner espoir à la jeunesse, c’est lui permettre de réussir son entrée dans la vie active.

Pour inverser la courbe du chômage, il faut un glaive, mais aussi un bouclier. Il faut de la croissance, il faut de la protection, mais il faut aussi des emplois aidés. C’est à ce “coeur” du chômage des jeunes que les emplois d’avenir portés par le Gouvernement s’attaquent.

L’objectif est simple : donner une première expérience professionnelle solide à cette frange de la jeunesse qui est aujourd’hui dans la situation la plus critique.

Il s’agit d’offrir aux jeunes un vrai contrat de travail, avec un vrai salaire, inscrit vraiment dans la durée. C’est essentiel à chacun pour se construire et trouver sa voie : on ne construit rien de bon avec le couperet de la précarité au-dessus de la tête.

Il ne faut pas oublier que le meilleur passeport pour l’emploi, c’est la formation, et ce d’autant plus qu’elle est qualifiante.

Il s’agit de donner plus à ceux qui ont moins. C’est la raison pour laquelle les priorités établies selon des critères d’âge, de niveau de qualification, de territoire, de nature de l’activité ou de l’employeur sont indispensables.

Il y a des entreprises dont l’activité et le fonctionnement ne sont finalement pas très différents des associations. Je suis convaincu que s’appuyer sur celles-ci sera bien utile parfois dans les territoires où l’emploi fait tant défaut. Faisons confiance aux acteurs de terrain pour en juger.

Au moment où nous entamons à l’Assemblée nationale, l’examen du texte sur les emplois d’avenir, je veux penser aux visages angoissés, indignés et parfois résignés de ces jeunes que j’ai rencontrés ces derniers mois et qui m’ont demandé de l’aide pour trouver un emploi.

Je veux imaginer les sourires de ceux d’entre eux que nous croiserons dans quelques années, et qui nous dirons : « Merci de nous avoir fait confiance, merci de nous avoir donné notre chance, merci de nous avoir mis le pied à l’étrier ».

Le texte que nous examinons parle d’emplois d’avenir, mais il parle de bien plus que cela. Il parle de notre République. Il dit la volonté de ne laisser aucun jeune ni aucun territoire sur le bord de la route. Oui, c’est un texte républicain, qui doit mobiliser tous les républicains. Pour, comme avait dit Jaurès dans son célèbre discours à la jeunesse, faire « jaillir dans la vieille forêt humaine l’immortelle fraîcheur des sources».

Jean-Marc Germain, député des Hauts de Seine