L’élue de la semaine: Cécile Helle

C. HelleAvignon: face au Front, sur le pont

Cécile Helle a réussi à ravir la mairie de l’ancienne Cité des papes à la droite qui la tenait depuis près de deux décennies. Elue le 30 mars avec  47,2 % des voix, Cécile Helle a barré la route à l’extrême droite qui était arrivée en tête à l’issue du premier tour de scrutin

Cécile Helle n’est pas native d’Avignon, mais c’est là qu’elle est installée depuis de nombreuses années. Professeur de géographie à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, Cécile Helle a construit son parcours professionnel en s’impliquant fortement localement. Sa carrière politique débute en 1997. Sa détermination devient sa marque de fabrique. Suppléante aux élections législatives dans la 1re circonscription du Vaucluse, elle devient à 28 ans députée en remplacement d’Élisabeth Guigou appelée aux fonctions de garde des Sceaux, dans le gouvernement Jospin. Cécile Helle devient alors la plus jeune députée de la XIe législature. Dans le même temps, elle occupe au PS les fonctions de secrétaire nationale chargée des droits de l’homme et de la citoyenneté. Localement, elle a présidé l’UDESR du Vaucluse. En 2002, elle tente de conserver son mandat mais elle accuse une défaite face à celle qui va devenir son plus sérieux adversaire à Avignon, Marie-José Roig. En 2001, Cécile Helle est présente sur la liste menée par Élisabeth Guigou pour conquérir la ville. Elle devient conseillère municipale et va le rester jusqu’en 2008. En 2004, elle est élue conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur. En 2010, Michel Vauzelle lui confie une vice-présidence sur la culture et le patrimoine.

Objectifs de réussite

Cependant, Cécile Helle est tenace et la mairie d’Avignon, elle la veut. Dès 2011, elle affirme sa détermination et annonce sa candidature à l’investiture socialiste. En 2013, elle est désignée tête de liste, en faisant l’unanimité autour d’elle « C’est la première fois que l’ensemble des socialistes avignonnais se retrouvent pour assurer la victoire d’une candidate », remarque Cécile Helle.

Le rassemblement, Cécile Helle l’a réussi également après l’annonce des résultats du premier tour, lorsque le candidat FN est arrivé en tête. « Avignon doit prouver qu’elle est et qu’elle restera cette ville de tolérance et de fraternité, valeurs qui sont les siennes depuis toujours. Le projet que je porte répondra, j’en suis convaincue, aux angoisses et aux colères exprimées par le résultat obtenu par le Front national hier », déclare Cécile Helle en appelant à un sursaut républicain. Le 30 mars, la liste d’union de la gauche l’emporte. C’est avec une grande émotion qu’elle enfile l’écharpe de premier magistrat. Elle est élue maire avec 42 voix sur 53. Cécile Helle s’entoure de 20 adjoints. Cinq d’entre eux sont des adjoints de quartier en charge d’une partie de la ville, pour gérer la ville de façon “fraternelle et solidaire”, comme elle l’a rappelé le soir de sa victoire. Chacun d’entre eux a une feuille de route à tenir et des objectifs de réussite sur les six prochains mois. « Il reste des dossiers sensibles que nous devons traiter avec le plus de sérieux possible, comme la mise en oeuvre du tramway ou l’application de la réforme des rythmes scolaires », précise la nouvelle maire. Cécile Helle siègera également au sein de Grand Avignon, où elle vient d’être élue première vice-présidente.

Julien Bossu

Ce portrait est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°161-162, du 13 avril 2014