L’élue de la semaine: Johanna Rolland

Johanna RollandSuccession réussie pour Nantes

Pas facile de succéder à Jean-Marc Ayrault à la mairie de Nantes. Johanna Rolland réussi l’exercice avec brio. Native de Nantes, Johanna Rolland est la première femme à prendre la tête de cette municipalité et de sa métropole

Sa fibre militante, Johanna Rolland la tient de sa famille, fille d’une enseignante et d’un père syndicaliste. Après un parcours scolaire brillant, hypokhâgne, khâgne, sciences-po Lille, elle obtient un master en “développement local de la ville” à l’Université de Grenoble. En parallèle, elle s’engage sur le terrain associatif et part en mission humanitaire en Bosnie-Herzégovine et en Afrique du Sud.

Le goût de la chose publique ne la quitte pas. Sa carrière professionnelle débute en tant que chargée de la démocratie participative dans un quartier en rénovation urbaine pour la ville du Creusot. Elle met en place des conseils de quartiers. Ensuite, elle décroche le concours d’attachée territoriale avant d’être nommée responsable du service “politique de la ville” du Creusot. En 2004, elle retourne à Nantes où elle devient collaboratrice de Jean-Marc Ayrault à la mairie, avant de devenir son attachée parlementaire. Cette même année, elle décide de rejoindre le PS.

L’engagement, une suite logique

Son engagement politique grandit au fur et à mesure qu’elle travaille au service des habitants. Johanna Rolland, débute sa carrière politique en 2008 aux élections municipales présente sur la liste conduite par Jean-Marc Ayrault. Élue, elle devient adjointe chargée de l’éducation et de la jeunesse. Elle met en place différentes actions, comme la création d’un service public municipal d’accompagnement scolaire et éducatif, l’amélioration des services de restauration scolaire et la mise en place d’un festival consacré à la jeunesse. En 2011, elle est élue conseillère générale. Suite à la nomination de Jean-Marc Ayrault à Matignon, en juin 2012, Johanna Rolland devient première adjointe chargée de l’éducation, de la jeunesse, des grands projets urbains et de la politique de la ville. Elle se consacre à différents projets d’urbanisme comme le réaménagement des quartiers Malakoff et Bellevue, l’Île de Nantes et quartier de la création.

À l’écoute des habitants

Johanna Rolland conduit la liste socialiste pour les municipales de 2014. Au mois d’avril, tout s’enchaîne. Le 4, le nouveau conseil municipal la désigne comme nouveau maire. Le même jour, elle démissionne de son mandat de conseillère générale. Le 16, elle prend la présidence de Nantes Métropole et le 26 celle du pole métropolitain Nantes-St-Nazaire. Au sein du PS, Johanna Rolland est membre du conseil national et du bureau fédéral de Loire-Atlantique. Depuis le début de sa mandature, Johanna Rolland a une priorité, celle d’être à l’écoute. À Nantes, le dialogue avec les citoyens est une réalité. Il passe par des conseils de quartier qui se réunissent deux fois par an. Certaines problématiques qui se retrouveront au menu des conseils de quartier sont débattues simultanément en conseil municipal. Pour qu’un maximum de citoyens participe au débat de la cité, une plateforme en ligne pour chaque conseil de quartier permet de retrouver sur Internet toutes les informations et comptes rendus de ces réunions. Johanna Rolland a annoncé que les services municipaux travaillent sur une nouvelle application mobile pour permettre le dialogue entre les habitants et la collectivité. Entre autres projets.

Julien Bossu

Ce portrait est extrait de la lettre de Communes de France n°214 du 2 juin 2015

Abonnez-vous à Communes de France