L’art et la culture pour tous, par Karine Gloanec Maurin

Edito - Karine Gloanec MaurinÀ Avignon, entre soleil et mistral, les élus locaux que nous sommes, amateurs du risque perpétuel, curieux de la création et des artistes, aiment à se retrouver chaque année.

 

Et pour mieux savourer la poésie des œuvres qui nous sont proposées, pour mieux comprendre la diversité du montage de projets, pour mieux accompagner les artistes de nos territoires, pour mieux soutenir la production comme l’accès aux oeuvres, enfin pour mieux construire nos politiques culturelles, nous y prenons réellement le temps de la réflexion et de l’échange.

Avignon, c’est le rendez-vous annuel des élus socialistes et républicains, de ceux qui partagent leur culture, c’est un rituel qui nous nourrit.

Un rendez-vous qui nous a permis pendant toutes ces années dernières de placer les collectivités territoriales en dialogue entre elles et avec les artistes. Car le véritable dialogue avec l’État est à venir !

À l’automne, ce dialogue va s’ouvrir pour une nouvelle étape de décentralisation et avec elle la décentralisation culturelle qui fut pionnière… C’est une chance pour les artistes comme pour les élus.

Souvent abordée de manière trop sectorielle, la dimension culturelle donne le sentiment d’un entre-soi, parisien de surcroît ! Avec maturité, exigence, les collectivités territoriales continueront à défendre l’art et la culture pour l’intérêt de tous. Chacune dans leurs compétences clarifiées et en confiance avec un État respectueux. La culture suppose l’équité et la justice, l’indépendance et la solidarité: voilà les questions qui vont animer cette nouvelle étape de décentralisation.

Ici comme dans toute l’Europe, les pouvoirs locaux soutiennent la culture.

Dans ce contexte de crise, 10 associations d’élus manifestent à nouveau leur engagement pour une République culturelle pendant la 66e édition du Festival.

Résister à la tentation du repli, de l’austérité car une oeuvre est un bien infini qui ne fait que croître pour tous ceux qui l’aiment et bien au-delà des frontières géographiques comme virtuelles.

Tout ce travail passionnant est devant nous !

Karine Gloanec Maurin, membre du bureau national de la FNESR, coordinatrice des associations d’élus