Vidange des piscines : vers un allègement des normes et des coûts

L’AMF a obtenu gain de cause sur l’allègement des normes pour la vidange des piscines. Une nouvelle version de l’arrêté avait été soumis au Conseil national d’évaluation des normes (CNEN) du 21 juillet. Celui-ci ramène à une fois par an, contre deux fois actuellement, la fréquence minimale de vidange des piscines (les pataugeoires et bains à remous restent soumis à une vidange au moins deux fois par an). Cette demande ancienne de l’AMF, fondée sur les expertises de l’ANDIISS et de l’ANDES, avait été reprise par le comité interministériel aux ruralités de septembre 2015 et avalisée par la Commission d’examen des règlements fédéraux relatifs aux équipements sportifs (CERFRES) en mars 2016.

Un rapport du ministère des Sports avait d’ailleurs estimé le coût annuel d’une vidange nationale pour les bassins intérieurs entre 6 et 10 millions d’euros, soit une économie substantielle pour toutes les collectivités disposant d’un tel équipement. Grâce à l’évolution des techniques, la simplification de cette norme ne se fait pas au détriment de la réglementation sanitaire et des impératifs de santé publique. Cela constitue une économie notable pour les communes et leur groupement, gestionnaires de 80 % des 4 135 équipements de piscine et représentant 6 343 bassins. L’AMF se réjouit que les travaux conjoints au sein de la CERFRES et du CNEN aient conduit à un allégement des normes, ce qui constitue la finalité première de ces instances.