Urbanisme et logement : gouvernance ou moyens ?

Le déficit de logement est actuellement en France de 900 000 et la production de logements est aujourd’hui à son plus faible niveau depuis une dizaine d’années. Le gouvernement s’est fixé l’objectif de 500 000 nouveaux logements par an, dont 150 000 sociaux. Certes, il faut ajuster les moyens financiers, mais les freins sont nombreux, de la mobilisation du foncier à la préservation des terres agricoles, des fiscalités dissuasives aux recours contentieux abusifs.

Plusieurs témoignages, y compris d’élus de droite, ont démontré la pertinence des PLU intercommunaux volontaires et issus de concertations, sans déposséder les maires de la délivrance des permis de construire. Ceux qui partent en guerre contre le PLU, oublient que 40% des communes rurales laissent ce soin au préfet, car elles n’ont pas de POS, ni de PLU.

Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, a joué le jeu d’un dialogue direct très apprécié dans le cadre de l’atelier du congrès de l’AMF consacré à ce dossier. La concertation qu’elle engage portera sur la simplification de la réglementation, la mobilisation du foncier en zones urbaines, l’adaptation des logements aux besoins et les matériaux innovants. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, avait annoncé la veille le lancement d’un programme de revitalisation des centres-bourgs en zone rurale. Quant à la loi ALUR, la ministre a confirmé son adoption définitive avant la fin du premier trimestre 2014.

F.D