Le succès de la 1re journée nationale “anti-gaspi”

Guillaume Garot, ancien ministre délégué à l’Agroalimentaire, vient de se voir confier par le Premier ministre une mission sur la réduction du gaspillage alimentaire. Le député de la Mayenne a six mois pour formuler des propositions visant à réduire de moitié d’ici 2025 le gaspillage alimentaire selon les suggestions formulées lors de la Journée nationale de la lutte contre le gaspillage alimentaire le 16 octobre. Alors qu’en France plus de sept millions de tonnes de déchets alimentaires sont jetées chaque année, cette journée était l’occasion de réunir et de mobiliser tous les acteurs pour continuer la lutte contre le gaspillage.

De plus, la lutte contre le gaspillage a été inscrite dans le projet de loi de transition énergétique comme objectif prioritaire, tandis qu’elle fait partie de l’une des quatre priorités de la nouvelle politique publique de l’alimentation présentée par Stéphane Le Foll au début du mois, afin de diffuser les initiatives de ter­rain, qui se multiplient.

En application du “Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire” lancé en juin 2013 (premier du genre dans l’Union européenne), et avec le soutien de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimen­tation et l’agriculture (FAO) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Stéphane Le Foll a ainsi remis un prix “anti-gaspi” à 8 projets distingués parmi 170 et a assuré que l’action pu­blique continuerait à se mobiliser tout au long de l’année, aux côtés du ministère de la Santé, à travers un site internet dédié (http://alimentation.gouv.fr/journee-anti-gaspillage/)

J.C

Cette brève est extraite de la lettre des élus socialistes et républicains n°183 du 20 octobre 2014