Ségolène Royal : “Réconcilier les humains avec la nature”

C’est au Muséum national d’Histoire Naturelle, que Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat a présenté le 17 janvier ses vœux, avec un invité de marque en la personne de l’astronaute Thomas Pesquet, en liaison satellite depuis l’espace. « Thomas Pesquet qui est parti dans l’espace avec l’Accord de Paris sur le climat et qui de loin observe cette petite planète dont nous avons l’éminente responsabilité, de protection et de réparation », précise la ministre, qui ajoute que cet échange avec Thomas Pesquet est « un message de confiance envers la science, un message d’espoir envers la capacité d’action pour la planète ». Après le succès mondial de l’Accord de Paris sur le climat qui est entré en vigueur le 4 novembre 2016, moins d’un an après la COP 21, la ministre se félicite des 122 pays qui l’ont ratifié à ce jour. « Nous veillerons à la montée en puissance des quelque 70 coalitions de l’Agenda des solutions », ajoute la présidente de la COP 21.

Cette séance de vœux était l’occasion pour Ségolène Royal de parler de l’avenir : « La France a montré la voie grâce à la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte et aux textes d’application pris en un temps record. À cette loi, s’est ajoutée la loi de reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Ces deux lois ont été accompagnées d’actions concrètes qui ont accéléré la citoyenneté écologique, la participation des Français à ce grand défi et une dynamique de la croissance verte et bleue. Le vivant se renouvelle sans cesse et nous offre donc des possibilités d’aller y trouver des “ressources” : il est de notre devoir de le préserver. En ce début d’année, l’Agence française de la biodiversité vient d’être mise en place, beau symbole de la nécessaire réconciliation des humains avec la nature », conclut Ségolène Royal.

J. B.