Ségolène Royal dévoile les modalités des péages de transit

La nouvelle version de l’écotaxe a été dévoilée dimanche 22  juin. Des péages de transit remplaceront les portiques de l’écotaxe à partir du 1er janvier 2015. Seuls les camions de plus de 3,5 tonnes empruntant les principaux axes routiers français (trafic de plus de 2500 poids lourds par jour) seront concernés. En tout le dispositif inclut 4 000 kilomètres de routes françaises, taxés en moyenne à 13 centimes d’euro le kilomètre, en application du principe « utilisateur-payeur ». Cette tarification prendra en compte la distance parcourue, le niveau de pollution et le nombre d’essieux des camions. Selon ces critères unifiés, la Bretagne est épargnée, seul l’axe Nantes-Saint-Lô traversant  Rennes est concerné.

Ce nouveau système permettra de récolter 550 millions d’euros chaque année, alimentant un fonds finançant l’entretien des infrastructures routières et à la construction de nouvelles infrastructures, notamment ferroviaires et fluviales. Les véhicules de matériel agricole, les véhicules de collecte de lait, les véhicules de cirque sont exclus du dispositif.

La société Ecomouv gérera les nouveaux péages de transit grâce à ses  infrastructures déjà opérationnelles. Manuel Valls et Ségolène Royal envisagent l’entrée dans le capital d’Ecomouv afin d’assurer un meilleur contrôle public.

Le dispositif remplaçant l’écotaxe rapportera donc moins que l’écotaxe initiale mais elle se pose comme un « compromis équilibré » selon les mots de la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, résultat d’un important travail de concertation mené suite aux protestations de l’automne dernier en Bretagne.

Aller plus loin:

Le portail du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Le rapport de la mission d’information sur l’écotaxe poids-lourds