Le salon des maires d’Ile-de-France fête ses vingt ans

Depuis 20 ans, les maires franciliens tiennent salon. L’ensemble des communes et des EPT d’Ile-de-France se projettent désormais dans une action publique pensée sur des périmètres élargis. Lors de l’inauguration de ce salon, Estelle Grellier, secrétaire d’État chargée des Collectivités locales, a rappelé « l’importance du fait métropolitain et surtout de sa construction qui doit se faire en co-construction avec les maires. Ce fut le cas en Ile-de-France et avec une année d’avance par rapport aux autres schémas de coopération intercommunale qui, eux, ont vocation dans les autres territoires à s’appliquer au 1er janvier 2017. La co-construction est la clé de la réussite de l’intercommunalité ». Cette militante du fait intercommunal se félicite également que « les maires soient présents et entendus dans les instances représentatives des établissements publics territoriaux et de la métropole ». L’enjeu d’avenir est désormais de réussir à entretenir des relations durables entre la métropole et les intercommunalités, mais aussi entre territoires ruraux et urbains. En créant la métropole du Grand Paris, il est question d’encourager l’harmonisation des politiques économiques, environnementales et de logements dans le cœur urbain de la région capitale. Cette ambition vise à renforcer la cohésion sociale et territoriale et soutenir de manière encore plus forte une stratégie de développement économique. Ce salon a été l’occasion d’évoquer les relations de la métropole avec les territoires qui l’entourent et avec ceux qui la composent. La métropole du Grand Paris n’est pas au service du seul périmètre métropolitain, elle est arrimée aux territoires voisins sur lesquels elle rayonne et elle doit trouver sa place au sein de la région Ile-de-France. Ne pas oublier tous les territoires qui la composent et ne pas opposer les urbains aux ruraux seront les critères de la réussite du Grand Paris.

Cette nouvelle édition était également placée sous le signe de l’innovation et du numérique. Les communes franciliennes se saisissent des nouvelles technologies et des innovations afin de faire face aux nombreux défis environnementaux, économiques et sociaux. Par ailleurs, l’AMIF encourage les villes franciliennes, quelle que soit leur taille, à intégrer les réseaux sociaux dans leur plan de communication.

Julien Bossu