Rythmes scolaires : vers des ajustements de la réforme

Attentif aux conseils des acteurs concernés par la mise en place des nouveaux rythmes, le ministre de l’Education nationale Benoit Hamon a annoncé certains ajustements pour faciliter sa mise en oeuvre. Ce travail prolonge la réforme portée par Vincent Peillon, qui sera appliquée dans toutes les communes dès septembre 2014.

Le sens de la réforme reste le même, le calendrier aussi

Les cinq matinées de classe demeurent obligatoires dans toutes les communes, dans toutes les écoles, pour tous les élèves. Selon l’avis de l’ensemble des experts du monde éducatif,  les matinées correspondent aux pics de vigilance des enfants. Les apprentissages fondamentaux seront donc concentrés sur ces temps, afin que chaque écolier sorte du cycle primaire avec le maximum de connaissance. L’éducation et la jeunesse restent la priorité du gouvernement et l’engagement de l’Etat en ce sens reste intact.

Il n’y aura pas de dérogations pour l’application de la réforme : le calendrier reste inchangé et les nouveaux rythmes s’appliqueront à la rentrée scolaire pour toutes les communes.

Une plus grande liberté sur le temps périscolaire

Compte-tenu de difficultés locales, certains assouplissements seront mis en œuvre dans la concertation. C’est le sens des ajustements prévus par un projet de décret autorisant des expérimentations, transmis le 25 avril aux instances consultatives : le Conseil supérieur de l’éducation et le comité technique du ministère de l’éducation nationale.

Le projet de décret prévoit la possibilité, pour le recteur, d’autoriser à titre expérimental des adaptations sur l’organisation de la semaine scolaire voire de l’année scolaire. Il donne la possibilité de regrouper les activités périscolaires sur une seule après-midi dans le cadre d’un projet pédagogique de qualité. Il permet aussi d’alléger la semaine en réduisant le nombre d’heures d’école par semaine et en étalant ces heures sur les vacances.

Enfin, un projet de circulaire accompagne le projet de décret. Il réaffirmera la nécessité de prendre en compte les spécificités de la maternelle dans l’application de la réforme.