Rythmes scolaires et réussite éducative, par Colombe Brossel

Edito - Colombe Brossel

C’est avec beaucoup d’ambition que la Ville de Paris aborde la réforme des rythmes éducatifs qu’elle souhaite mettre en place dans ses écoles à la rentrée 2013. En effet, cette réforme offre une opportunité aux collectivités de définir un projet éducatif local pour améliorer la réussite éducative de tous les enfants, pendant les trois heures hebdomadaires allégées du temps scolaire. Ce projet, nous le voulons ambitieux et de qualité, en cohérence avec les autres temps éducatifs, grâce à des parcours évolutifs qui pourront prendre la forme d’activités ludiques, créatives, artistiques ou sportives, avec l’aide des nombreuses ressources, culturelles, sportives, associatives, patrimoniales présentes sur le territoire parisien.

 

Pour réussir, il devra être construit avec tous les acteurs concernés par la réforme. Nous entendons ainsi les craintes exprimées notamment par les professeurs de l’Éducation nationale après 10 années de casse du service public d’éducation, mais nous voulons travailler avec eux autour des nombreux atouts dont les collectivités disposent, ne serait-ce que par la qualité et la diversité des interventions de service public périscolaire et extrascolaire qu’elles proposent déjà. En effet, le travail effectué par les agents municipaux au sein des centres de loisirs, par les animateurs sportifs, ou encore par ceux qui travaillent dans les conservatoires municipaux est de grande qualité. Les enfants pourront aussi compter sur les bibliothèques municipales, les médiathèques, sur les musées municipaux ou encore sur la vitalité du monde associatif, notamment les associations d’éducation populaire qui interviennent en complémentarité de l’enseignement délivré par l’École.

Nous voyons enfin un autre grand défi porté par cette réforme : c’est la possibilité offerte aux collectivités de lutter contre les inégalités sociales qui se jouent aussi en dehors de l’école, dans l’accès différencié à différents types d’activités. Les collectivités et l’ensemble des acteurs concernés doivent donc définir ensemble des projets éducatifs offrant aux enfants un accès à toutes les ressources, à toutes les richesses présentes sur le territoire des collectivités et qui constituent autant d’opportunités de contribuer à la réussite éducative de tous.

Colombe Brossel, déléguée nationale de la FNESR à l’éducation, adjointe au maire de Paris chargée de la vie scolaire