Retrouver le chemin de notre progrès collectif, par Pierre Cohen

Edito - Pierre CohenL’année 2012 restera dans la mémoire collective des socialistes comme une année historique qui aura permis à un second président de gauche, sous la Ve République, de faire son entrée à l’Elysée. Une année qui aura aussi permis à notre parti de faire élire à l’Assemblée nationale une majorité de nouvelles et nouveaux députés, rendant notre groupe plus représentatif de notre  population, de la diversité de ses âges et de ses origines. Avec la victoire au Sénat acquise à la fin de l’année 2011, et forte des collectivités que nous administrons, la gauche de gouvernement, rassemblée, dispose de tous les leviers du pouvoir institutionnel pour mener son projet de transformation.

 

La tâche est complexe, nous le mesurons depuis le printemps. Complexe car les Français qui nous ont fait confiance, c’est légitime, voudraient pouvoir mesurer très vite les effets du changement initié.

Sans cesse, il nous faut rappeler qu’on ne change pas en quelques mois le fruit d’une décennie de gouvernement libéral. Sans faiblir, il nous faut rappeler toutes les mesures déjà prises et les vastes chantiers d’avenir qui ont été ouverts. Retraite à 60 ans pour les carrières longues, encadrement des loyers, revalorisation du SMIC, hausse de l’allocation de rentrée scolaire, création des contrats de génération et des emplois d’avenir, mise en place de zones de sécurité prioritaires, création de la banque publique d’investissement, plan de lutte contre les déserts médicaux, refondation de l’Ecole : ce sont autant d’engagements pris par François Hollande que nous avons, ou sommes en train d’honorer. Sans cesse, il nous faut expliquer que c’est aussi dans la méthode que le changement durable s’installe : aux coups médiatiques souvent sans lendemain, l’exécutif préfère la concertation, la négociation avec les forces vives, le monde associatif, le monde syndical. Seul d’un dialogue pourront surgir les conditions d’un changement durable.

Comme président de la Maison des élus, qui regroupe la FNESR, le centre de formation Condorcet et Communes de France, notre outil de communication, je compte poursuive la transformation de notre association. Je me suis fixé comme objectif que les élus locaux socialistes et républicains soient pleinement associés au changement, associés aux réformes pour que leur effet puisse être renforcé, multiplié sur nos territoires, car comprises, négociées et maîtrisées. Il nous faut, pour cela, dégager les marges de manoeuvre qui permettront à la Maison des élus de se doter de nouvelles ressources capables d’être à l’écoute de chacun d’entre vous, de répondre à vos interrogations, de recueillir vos suggestions, de vous fournir les outils d’analyse et de mise en oeuvre. De préparer, aussi, les nouvelles échéances locales qui arriveront dès 2014. N’hésitez pas à vous mettre en lien avec les collaborateurs de la Maison des Elus, de la FNESR, de Condorcet ou de Communes de France : ils sont vos relais.

Aux premiers jours de cette année 2013, permettez-moi de vous adresser mes voeux les plus chaleureux. Pour vous-même, pour vos proches, des voeux de bonne santé, de bonheurs partagés, de réussites. Pour nous, élus socialistes et républicains, la transformation de nos succès électoraux en succès politiques, pour que la France réussisse son redressement, pour que la justice qui guide notre action nous permette de retrouver le chemin de notre progrès collectif.

Avec toutes mes amitiés,

Pierre Cohen, Président de la Maison des élus