Relance du fret ferroviaire: les premières mesures concrètes

Entre 2000 et 2012, la part du fret dans le transport de marchandises est passée de 16,6% à 10%. Le gouvernement souhaite relancer ce mode de transport de marchandises et lui donner un nouveau souffle.

Une conférence périodique réunit l’ensemble des acteurs du secteur du fret depuis le 18 septembre 2013. Cette méthode, privilégiée par Frédéric Cuvilier, permet de privilégier la concertation et de travailler sur les différents enjeux concernés. Ainsi, les entreprises et les acteurs publics se sont répartis en cinq groupes de travail thématiques (les domaines de pertinence du fret, le fret de proximité, le fret et les grands ports maritimes, l’utilisation de l’infrastructure et la tarification, et l’innovation dans le fret ferroviaire) et se sont réunis entre septembre 2013 et le début de l’année 2014.

Frédéric Cuvillier a annoncé 8 mesures concrètes et immédiates issues des différents groupes de travail:

Mesure n°1 : préfigurer et expérimenter la création de clusters fret ferroviaire sur des territoires volontaires, afin de faire émerger un modèle économique adapté aux besoins de l’économie locale, et intégrant les questions d’infrastructure, de leur exploitation, de service, de réglementation et d’organisation territoriale.

Mesure n°2 : création par le réseau des CCI d’un observatoire national de la demande de transport de fret ferroviaire dans les territoires.

Mesure n°3 : créer un évènement annuel autour du fret ferroviaire  permettant de faire rencontrer l’offre et la demande, en cohérence avec l’évènementiel du secteur. Il est prévu que la première édition de cet évènement soit montée au premier semestre 2015. En parallèle, des démarches de promotion du fret ferroviaire seront organisées régionalement, en lien avec la CCI France.

Mesure n°4 : créer un observatoire sur la performance des sillons fret, piloté par RFF et partagé avec les entreprises ferroviaires, dont les objectifs chiffrés seront fixés dans le cadre du prochain contrat de performance du gestionnaire d’infrastructure unifié qui sera créé par la réforme du système ferroviaire.

Mesure n°5 : intégration dans les projets stratégiques de chaque Grand port maritime, qui seront redéfinis en 2014, des objectifs de développement du fret ferroviaire.

Mesure n°6 : création au niveau de chaque Grand port maritime d’une instance de coordination du fret ferroviaire, avec RFF et les régions, autour des enjeux de desserte.

Mesure n°7 : création d’un groupe ad hoc interdisciplinaire chargé de proposer sous 6 mois des mesures de simplification réglementaire et normative et d’étudier la faisabilité des 12 mesures proposées par le groupe de travail.

 Mesure n°8 : création d’un comité de suivi, regroupant les acteurs concernés, permettant de suivre la réalisation des orientations et actions retenues à l’occasion des conférences périodiques sur le fret.

 

D’autre part, le ministre des Transports à présenté 5 actions qui devront être approfondies lors des prochaines réunions de la conférence pour la relance du fret ferroviaire:

Action n°1 : développer une stratégie nationale sur la formation relative aux logistiques multimodales, à partir d’un diagnostic de l’existant
Action n°2 : achever la démarche conduite par RFF visant à améliorer la gestion opérationnelle des terminaux de transport combiné lui appartenant, en la confiant à des opérateurs uniques
Action n° 3 : finalisation fin février du diagnostic des réseaux capillaires permettant d’alimenter le projet de clusters
Action n°4 : mandater le Conseil général de l’environnement et du développement durable pour étudier les dispositifs actuels de soutien du fret ferroviaire et proposer des évolutions permettant d’optimiser la dépense publique
Action n°5 : étudier l’opportunité de créer une plate-forme en ligne permettant de rapprocher l’offre et la demande, du type « bourses de fret ferroviaire ».