«Des régions efficaces», par Agnès Quatrehomme

Agnès Quatrehomme

Depuis près de trente ans désormais, les Régions ont su faire preuve de dynamisme et d’innovation. Elles ont su faire évoluer les missions de gestion qui leur étaient confiées pour devenir des territoires cohérents, des territoires de projets, dans les missions de service public qui sont les leurs, que ce soit l’action économique, l’aménagement du territoire, la gestion des transports régionaux ou la formation initiale et continue.

La volonté du Président de la République et du Premier ministre de diviser par deux le nombre de régions a suscité des réactions, a soulevé des interrogations, a fait naître des revendications, a engendré des inquiétudes, a multiplié les supputations. Dans chacune des régions, des débats existent, des hypothèses sont faites et les réflexions se multiplient.

Nous attendions cette réforme. Nous n’imaginions pas qu’elle serait celle-là. Nous voulions retrouver une autonomie fiscale et financière, nous souhaitions nous investir plus et mieux dans nos compétences et nous allons devoir commencer par nous réorganiser géographiquement.

Ce n’était pour nous ni le plus urgent ni l’essentiel. Mais cela ne veut pas dire pour autant que nous refusons toute réforme ou toute évolution ; cela signifie qu’il est nécessaire d’aller au-delà d’un objectif comptable de division par deux du nombre de régions pour poursuivre une réelle décentralisation des missions de l’État, au plus proche des territoires. C’est par leur travail que les élus régionaux seront proches de leurs concitoyens et c’est par leur efficacité que les régions resteront des collectivités reconnues. Avoir des nouveaux périmètres qui permettent une meilleure efficacité de l’action publique dans les territoires au service des habitants, nous ne pouvons qu’y adhérer.

Pour avoir des Régions fortes, il ne suffira pas qu’elles soient grandes. Elles devront aussi être puissantes, afin de défendre les valeurs d’égalité, de justice et de partage ; les valeurs socialistes que plus que jamais nous revendiquons haut et fort. Nous aborderons ces sujets passionnants et enthousiasmants et les questionnements sur une nouvelle cartographie des régions métropolitaines lors de la seconde Rencontre nationale des élus régionaux socialistes et radicaux qui se tiendra à Paris les 10 et 11 juin prochains.

Agnès Quatrehomme, présidente du groupe PS/PRG de la région Centre

Cet éditorial est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°168, du 2 juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter