Réforme territoriale: l’ADF se positionne

L’Assemblée des départements de France réunissait son assemblée générale le 25 juin à Paris. L‘occasion pour Claudy Lebreton, son président, de souligner que les départements « ont été entendus et compris. Si on veut supprimer les conseils généraux, il faudra une réforme de la Constitution ».

Pour lui, comme pour l’ADF dans son ensemble et même pour les Français sondés, « cette suppression n’est pas une priorité ». Le récent sondage réalisé par CSA révèle en effet que pour 84 % d’entre eux, la suppression des départements n’est pas une priorité de la réforme territoriale. Le président de l’ADF a déploré en revanche que l’État, lui, ne soit pas en capacité de se réformer :

« Nous avons un État obèse, une réforme de l’État absente ». Et il a fustigé les caricatures qui sont véhiculées à propos des départements : « Nous n’avons de leçons à recevoir de personne quant à la capacité d’innovation ou à la gestion financière », a relevé le président de l’ADF, citant des propos émanant des Régions ou des intercommunalités.

« Nous souhaitons le succès du gouvernement, a enchaîné la présidente du groupe majoritaire de l’ADF, Marie-Françoise Pérol Dumont. Mais les textes doivent évoluer. Nous sommes de notre côté engagés dans le mouvement, mais dans un mouvement de décentralisation, à l’image de tous les textes présentés depuis les années 80. Nous sommes pour une réforme, mais pas cette réforme ». Vantant les réalisations des départements, la présidente du Conseil général de la Haute Vienne a admis qu’un certain nombre de compétences pouvaient être recentralisées, comme le RSA ou les SDIS, mais elle a mis en garde contre un mouvement qui éloignerait toujours davantage les citoyens des centres de décision : « Le vote FN que nous avons connu au printemps est aussi un vote qui traduit un sentiment de relégation, d’éloignement, et il faut le contenir plutôt que l’encourager ». Pour l’ADF, la réforme en cours « doit imposer une réflexion sur le maillage géographique et fixer comme objectif la lutte contre la montée des inégalités territoriales, notamment entre espaces urbains et ruraux ».

P. F.

Cette brève est extraite de la lettre des élus socialistes et républicains n°172

Abonnez-vous à la newsletter