Radicalisation des jeunes : une coopération franco-belge

Le 15 septembre dernier, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a clôturé le séminaire franco-belge sur la prévention de la radicalisation et l’extrémisme violent des jeunes en présence d’Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En mai dernier, une déclaration visant à intensifier la coopération entre la France et la Belgique a été signée. Ce séminaire en est la première déclinaison. Il s’agit de mettre en place des échanges de bonnes pratiques entre les administrations française et belge. Beaucoup reste encore à faire en matière de coopération : les ministres des deux pays ont reconnu qu’ils avaient tout à gagner à organiser un rapprochement opérationnel entre leurs services Jeunesse. « La France et la Belgique ont convenu d’échanger étroitement et de mutualiser leurs forces pour gagner la bataille de la vie. Car nous en sommes là : c’est l’idée même de la vie que nous devons défendre et promouvoir face à une idéologie morbide, à l’obscurantisme, au fanatisme violent », explique Patrick Kanner. Contre la radicalisation et le terrorisme, la France a adopté un plan de 80 actions présenté par le Premier ministre le 9 mai dernier. Les politiques en faveur des jeunes sont transversales. En développant leur employabilité, leur ouverture au monde par des expériences de mobilité à l’international et leur sens de la solidarité par la généralisation du service civique permettent d’accompagner la jeunesse. Un million d’euros a été dégagé pour soutenir le service civique. Dans chaque département, un inspecteur jeunesse et sport est chargé du contrôle des associations et clubs sportifs en matière de radicalisation. D’ailleurs, un guide à l’attention des acteurs du sport et de l’animation intitulé “Mieux connaître, mieux comprendre et mieux prévenir les phénomènes de radicalisation” est en cours de diffusion. Chacun des 435 contrats de ville en France sera complété en 2016 par un plan d’actions sur la prévention de la radicalisation. La prochaine réunion de travail aura lieu en Belgique dans quelques mois.

J. B.