Prévention de la radicalisation : le gouvernement amplifie la campagne

Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, et Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de l’Enfance, ont salué l’engagement des familles dont les enfants sont partis en Syrie, qui ont pris l’initiative d’une campagne de sensibilisation soutenue par le gouvernement, qui a débuté le  7 octobre. Quatre spots ont été réalisés. Dans chacun d’eux, la mère, le père ou le frère d’un jeune parti en Syrie témoigne. Les familles avaient formulé le souhait de contribuer à la prévention de la radicalisation et de sensibiliser le grand public à l’existence du Numéro vert visant à accompagner les jeunes et leurs familles, pour prévenir de nouveaux départs.

Depuis le 29 avril 2014, un numéro vert (0 800 005 696) a été mis en place par le gouvernement. Il permet à ceux qui s’interrogent ou s’inquiètent d’un possible embrigadement de l’un de leurs proches, d’être écoutés en toute confidentialité et de bénéficier, s’ils le souhaitent, d’un entretien détaillé indispensable pour établir un premier diagnostic de leur situation. Un formulaire de signalement est également disponible sur le site www.stop-djihadisme.gouv.fr A ce jour, ce dispositif a permis d’enregistrer 3 113 signalements de personnes en situation de basculement, qui ont pu être accompagnées, ainsi que leurs familles. Près de 23% des signalements concernent des mineurs, parmi lesquels les jeunes filles sont majoritaires. Les femmes représentent 40% du total des signalements. Dix-neuf personnes se consacrent à cette plateforme d’écoute et d’orientation au sein de l’UCLAT (Unité de coordination de la lutte antiterroriste).

Voir les spots

Cette brève est extraite de la lettre de Communes de France n°229 du 11 octobre 2015

Abonnez-vous à Communes de France