Un premier bilan de la réforme des rythmes

Benoît Hamon, ministre de l’Éducation nationale, a présenté les bénéfices pédagogiques de la nouvelle organisation du temps scolaire à l’occasion d’une conférence de presse. 1,3 million d’enfants ont été concernés par ce dispositif, dans les quelque 4 000 communes qui ont mis en oeuvre la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013. Les premières remontées du terrain ont été permises par des séminaires interacadémiques organisés sur tout le territoire entre février et avril, donnant la parole à l’ensemble des acteurs concernés par la réforme.

Le premier bénéfice de cette réforme tient dans la capacité d’attention des élèves, plus forte le matin. Les cinq matinées permettent de mettre en place une régularité d’apprentissage et donc de favoriser une dynamique. Le ministre a également salué la meilleure répartition des activités permise par la réforme, ainsi que le projet éducatif global rythmé par ces nouveaux temps scolaires.

Enfin, Benoît Hamon a présenté le choix fait par les communes quant à la possibilité de mettre en oeuvre une expérimentation, nouveauté prévue par le décret du 7 mai 2014. Au 5 juin 2014, 64 départements répartis sur 28 académies avaient transmis les projets d’horaires de toutes leurs écoles. 1 362 communes envisagent une expérimentation, soit 5,9 % des communes. Seules 42 communes sur les 4 000 ayant mis en oeuvre la réforme dès la rentrée 2013 souhaitent expérimenter le nouveau dispositif. Le décret permettra ainsi de débloquer les situations dans lesquelles les communes connaissaient des difficultés à appliquer la réforme.

Yohan Letertre

Cette brève est extraite de la lettre des élus socialistes et républicains n°170