Pompiers volontaires : le Sénat unanime

Le 19 novembre, le Sénat a voté à l’unanimité la proposition de loi tendant à favoriser le recrutement et la formation des sapeurs-pompiers volontaires, présentée par Roland Courteau (Aude) et les membres du groupe socialiste.

Le Président de la République l’a rappelé lors du congrès de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France en octobre 2013 : « Le volontariat c’est à la fois une his­toire, des traditions, mais surtout une forme moderne d’engagement ». 70 % des opé­rations menées par les sapeurs-pompiers le sont par les sapeurs-pompiers volontaires. « Sans les volontaires, c’est tout notre système de protection et de sécurité civile qui serait remis en cause », a rappelé Roland Courteau. Au cours de la dernière décennie, la baisse des effectifs n’a cessé de s’amplifier. En dix ans, les effectifs des sapeurs-pom­piers volontaires ont diminué de plus de 15 000. Delphine Bataille, chef de file du groupe socialiste, l’a souligné : « C’est tout notre système de sécurité qui est menacé par cette crise des vocations ».

Le texte propose que la formation initiale de sapeurs-pompiers volontaires puisse, en tout ou partie, s’effectuer dans le cadre d’un service civique. Il conjugue ainsi, l’esprit d’engagement de ces jeunes et l‘exigence de sécurité imposée par leurs missions à venir. En contrepartie, le bénéficiaire s’engage à exercer la mission de sapeur-pompier volontaire. Roland Courteau a conclu : « La formation initiale d’aptitude pour devenir sapeur-pompier volontaire dans le cadre d’un service civique constitue un signal fort du recentrage de celui-ci autour de “missions d’intérêt général”, comme la sécurité civile. Cela permettra d’encourager les valeurs et actions citoyennes de solidarité, d’engagement de soi au service des intérêts de la Nation ».

Cette brève est extraite de la lettre des élus socialistes et républicains n°188 du 24 novembre 2014