Plan IVG : des avancées majeures

A l’occasion de l’anniversaire des 40 ans de la promulgation de loi Veil sur l’IVG, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine, et la secrétaire d’Etat aux Droits des femmes, Pascale Boistard, ont annoncé le 16 janvier un programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG, lors d’un déplacement au Centre de planification familiale du Centre hospitalier de St-Denis. Le plan d’action propose des avancées majeures et attendues par les défenseurs de ce droit fondamental qu’est l’IVG. Au premier chef, on retiendra la possibilité pour les centres de santé de réaliser des IVG instrumentales en garantissant aussi un recrutement facilité de praticiens contractuels dans les établissements, une amélioration de la prise en charge financière de l’IVG permettant sa gratuité totale et la sécurisation de la procédure pour les IVG entre 10 et 12 semaines de grossesse. De plus, il faut aussi saluer l’importance du lancement d’un numéro unique national d’appel sur la sexualité, la contraception et l’IVG et d’une grande campagne nationale d’information : accéder à ce droit simplement et librement, c’est aussi en garantir l’effectivité.

Après le vote à la quasi unanimité de la représentation nationale le 26 novembre dernier de la résolution parlementaire dont elle est à l’origine « visant à réaffirmant le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse en France et en Europe », Catherine Coutelle, présidente de la délégation aux Droits des femmes de l’Assemblée nationale et députée de la Vienne, s’est félicitée des nouvelles mesures annoncées : « Elles prouvent une fois de plus l’engagement de ce gouvernement à faire progresser la liberté des femmes à disposer de leur corps et les droits des femmes ».

Cette brève est extraite de la lettre de Communes de France n°196 du 19 janvier 2015