Pas de frontières pour la coopération territoriale

Le Parlement européen a adopté le 20 novembre un rapport visant à simplifier les règles encadrant les groupements européens de collectivité territoriale (GECT) pour favoriser leur développement, parfois entravés par les procédures administratives imposées par les Etats membres. Les GECT, créés en 2006, permettent aux collectivités locales européennes qui le souhaitent de coopérer et travailler ensemble.

« L’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai a été le premier GECT créé, en janvier 2008, en vue d’atténuer l’effet-frontière entre la France et la Belgique, rappelle Gilles Pargneaux. De cette première, nous sommes aujourd’hui à 32 GECT en Europe, regroupant environ 700 collectivités locales, régionales et nationales de 17 Etats membres, preuve du besoin auxquels répondent les GECT », ajoute l’eurodéputé. « Ce succès considérable méritait d’être reconnu, et encore davantage encouragé, ajoute Patrice Tirolien, membre de la commission du développement régional.

Visage local de l’intégration européenne, les GECT font vivre l’Europe sur le terrain. Nous devons communiquer pour expliquer aux Etats membres et aux collectivités les potentialités offertes par les GECT en matière de coopération territoriale », conclut l’élu