Pacte territoire-santé: un premier bilan

Le « pacte territoire-santé », lancé en décembre 2012, marquait l’engagement du Gouvernement pour lutter contre la désertification médicale. Il fixe trois grands objectifs, à travers 12 engagements concrets : changer la formation et faciliter l’installation des jeunes médecins, transformer les conditions d’exercice des professionnels de santé et investir dans les territoires isolés.

Plus d’un an après le lancement du « pacte territoire-santé » par le Gouvernement, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a présenté les premiers chiffres qui montrent que les résultats sont déjà au rendez-vous.

180 médecins ont choisi de devenir des « praticiens territoriaux de médecine générale » (PTMG), dispositif qui permet aux professionnels qui font le choix de s’installer dans des zones rurales de bénéficier d’une rémunération garantie pendant deux ans. 200 nouvelles installations sont prévues pour 2014.

Un autre dispositif prévu par le « pacte territoire-santé », le contrat d’engagement de service public, rencontre un franc succès. Avec 591 étudiants ou internes qui ont opté pour le versement d’une bourse en contrepartie de l’engagement à s’installer dans un désert médical, 40% de l’objectif cible de 1 500 contrats d’ici à 2017 est déjà rempli.

D’autre part, le maillage du territoire évolue : entre 2012 et 2013, le nombre de maisons de santé a plus que doublé, passant de 174 à 370. En 2014, il y en aura plus de 600.

Enfin, 1 million de personnes supplémentaires bénéficieront d’un accès aux soins urgents en moins de 30 minutes en 2014, grâce à une évolution considérable du nombre de médecins correspondants du SAMU (de 150 en 2012 à 650 en 2014).

Un an après le lancement du « pacte territoire-santé », les premiers résultats confirment l’ambition du Président de la République et du Gouvernement et l’efficacité de l’action entreprise.

 

Aller plus loin :

Ce pacte fait l’objet d’une note explicative de la FNESR

Le dossier consacré au « pacte territoire santé » sur le site du ministère