Nicole Feidt

Elue - Nicolas FeidtNicole Feidt a d’ores et déjà annoncé l’arrêt de sa vie politique en 2014. Elle n’est pas candidate à sa succession à la tête de Toul pour les prochaines élections municipales.

Nicole Feidt s’est toujours efforcée d’être une femme de décision politique, même avec quatre enfants. « Ce fut lourd à gérer par moment, mais je n’ai aucun regret », ajoute-t-elle. Son engagement socialiste est précoce. Élevée dans une cité ouvrière, elle prend sa carte l’année de ses vingt ans. Son militantisme fait un bond en avant lorsqu’elle rencontre celui qui deviendra son mari, Jean Feidt, lui aussi militant socialiste. Elle le suit durant son parcours professionnel de fonctionnaire international. Et en profite pour se focaliser sur le droit des femmes. Elle devient même déléguée générale aux droits des femmes au milieu des années 1970. Les années 1980 marquent le début de sa carrière politique. Elle obtient son premier mandat en 1986, aux élections régionales. Puis en 1994, c’est au Conseil général qu’elle siège. Elle y restera jusqu’en 2001.

Une envie de changement

Nicole Feidt entre à l’Assemblée nationale en juin 1997 comme députée de la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle. En 2002, elle est battue par la médiatique candidate de l’UMP, Nadine Morano.

Après une courte expérience à la tête de Foug, de 1995 à 1997, elle ravit la mairie de Toul en 2001 avec une victoire de 71 voix contre le maire RPR sortant, en place depuis trente ans. Nicole Feidt associe sa victoire à Toul à sa députation fraîchement acquise. La ville est en attente de dynamisme et de modernisation. En 2008, elle lui fait de nouveau face et l’emporte une seconde fois avec une liste d’union de la gauche. « Un mandat n’est pas suffisant pour mettre en œuvre tous les projets », précise Nicole Feidt.

Elle ne se voit pas comme seule responsable des changements apportés à lacommune. Pour Nicole Feidt, l’aventure municipale se vit en groupe. « La première qualité d’un bon maire réside dans ses capacités de management. Avoir une bonne équipe est primordial. Il faut savoir s’entourer de professionnels efficaces », déclare l’élue. Dès son arrivée dans le fauteuil de maire, elle s’est empressée de remanier les services municipaux, pour s’appuyer sur une équipe technique et administrative solide. Elle peut misersur la réactivité de ses collaborateurs, tournés vers l’avenir du territoire.

Réorganiser la ville

Le travail accompli sur la commune est apprécié. Il a permis de moderniser la ville par la création d’un réseau de transport. Il n’y avait qu’une seule ligne de bus qui reliait la “ville haute” au centre-ville. Aujourd’hui, l’ensemble de la ville est desservi, ainsi que les communes avoisinantes. Une grande phase de rénovation urbaine a été entreprise pour les quartiers HLM. La ZUP appelée “ville haute” a connu une transformation dans son ensemble, un bouleversement de l’état d’esprit des Toulois à l’égard de ce quartier défavorisé. L’embellissement du centre- ville est encore au stade de projet.

Dans le domaine social, le rôle de la municipalité est primordial pour un grand nombre de foyers, 55 % des habitants ne paient pas d’impôts. Les services à la personne se sont développés, notamment pour les personnes âgées. La politique de l’enfance a également évolué vers plus d’attractivité. Une maison de la petite enfance a vu le jour et 100 enfants supplémentaires sont inscrits dans les écoles maternelles et primaires. « Je suis fière de ma ville, fière que Toul soit une ville solidaire », conclut Nicole Feidt.

Julien Bossu