Naïma Charaï

Elue-NaimaCharaiUne nouvelle tête pour la cohésion sociale.

 

Naïma Charaï est l’exemple concret et précis d’une intégration réussie et efficace. La conseillère régionale d’Aquitaine, déléguée à la politique de la ville, en charge auprès d’Alain Rousset, le président de la région, de la lutte contre les discriminations, est, depuis quelques jours, la présidente de l’Agence nationale pour la cohésion nationale et l’égalité des chances (Acsé).

 

L’Acsé  est  chargée  de  la  conduite et  du  financement  des  actions menées  en  faveur  de  la  cohésion sociale et de l’égalité des chances, dans  le  cadre  de  la  politique  de la  ville,  ainsi  que  des  actions  de  prévention  de  la  délinquance  et  des  discriminations.  Avec  un  budget  de  376 millions d’euros,  119  collaborateurs  au  siège  et 1 000 agents répartis sur le territoire, cette agence nationale est au centre d’un vaste réseau d’action. Naïma Charaï a été nommée  le  9 octobre  présidente  du  conseil d’administration de l’Acsé sur proposition de  François  Lamy,  ministre  délégué  à  la Ville. Elle a la pleine confiance du ministre qui  se  félicite  de  sa  nomination « Elle est pleinement investie dans la lutte contre les discriminations, engagée auprès des personnes en situation de très grande précarité, mobilisée pour les droits des femmes et la laïcité. Naïma Charaï saura porter les priorités et les politiques de l’Acsé, tout en ayant à cœur de répondre au plus près aux besoins des habitants de nos quartiers. Je lui  fais  confiance  pour  représenter  l’Acsé sur l’ensemble du territoire français. Nous travaillerons conjointement à la mise en œuvre de l’action gouvernementale pour les  habitants  des  quartiers  en  difficulté », précise François Lamy.

Elle était déjà membre du conseil d’administration  de  l’Acsé  depuis  2008.  Naïma Charaï souhaite placer son nouveau mandat sous le signe de la proximité avec les acteurs de terrain, notamment avec les associations, les élus, les partenaires locaux. Elle désire améliorer la prise en compte de ces  différents  acteurs  sociaux  qui  font  la politique de la ville au quotidien.

 

De l’engagement associatif à l’évidence politique.

 

C’est  une  femme  de  combats  politiques, très attachée à aux valeurs de la République.  Naïma  Charaï  est  une  franco-marocaine  est  née  dans  le  Rif  il  y  a  quarante ans.  Titulaire  d’un  DESS  de  psychologie sociale,  elle  se  tourne  rapidement  vers le  milieu  associatif.  Tout  d’abord,  en  tant que  bénévole,  notamment  auprès  de  la mission française de Médecins du monde pour faciliter l’accès aux soins des personnes  en  situation  de  très  grande  précarité. Puis, elle est cofondatrice, en 2001, de l’association  Ippo  (Information,  Prévention, Proximité, Orientation) pour le soutien aux prostituées.  L’année  suivante,  elle  devient militante  socialiste.  Elle  est  depuis  2004 conseillère  régionale  d’Aquitaine,  et  déléguée  à  la  politique  de  la  ville  et  à  la  lutte contre les discriminations depuis 2010. Au sein de l’Association des régions de France elle  occupe  le  poste  de  présidente  de  la commission de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Elle est depuis 2007 la suppléante de Noël Mamère, député écologiste de Gironde. En parallèle, entre 2006 et 2008,  le  PS  lui  confie  la  délégation  nationale à l’égalité des chances. Son combat se poursuit, se focalisant contre la montée de l’intégrisme religieux. Un parcours au service de l’égalité des chances.

Julien Bossu