A Mantes, Myriam El Khomri au contact du terrain

Sans tambours ni caméras, Myriam El Khomri, secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville, parcourt les quartiers au contact des élus, des associations, des commerçants, des parents d’élèves et des habitants. Le 26 janvier, à l’initiative de la députée Françoise Descamps-Crosnier, elle était à Mantes-la-Jolie et Mantes-la-Ville (Yvelines), où 411 millions d’euros ont été investis depuis 2005 au titre de l’ANRU. Après le lancement du nouveau plan national de rénovation urbaine issu de la loi du 17 février 2014 et avant la signature du contrat de ville (2015 – 2020) en juin, elle a souhaité juger sur pièce et sur place, notamment dans le quartier du Val Fourré, les résultats des efforts passés et promouvoir les nouveaux dispositifs.

Aux trois piliers traditionnels des contrats de ville (cohésion sociale, développement économique et cadre de vie), les tragiques événements du début d’année amènent à renforcer un quatrième, la promotion de la citoyenneté. Si des progrès significatifs sont visibles (rénovations, espaces publics, attractivité, délinquance, taux de rotation…), la persistance du chômage de masse plombe la situation et induit des fragilités (commerces, copropriétés en difficultés). La ministre a confirmé le maintien de zones franches redéfinies et l’exonération des impôts fonciers pour les petits commerces de moins de 5 salariés. Elle a annoncé la mise en place de “conseils citoyens” pour associer les habitants à la coconstruction des projets.

Avec la nouvelle géographie prioritaire qui concerne cinq quartiers du Mantois dans trois communes et l’inscription en décembre dernier de collèges dans la nouvelle carte de l’éducation prioritaire, c’est « la mise en oeuvre de la République concrète qui est engagée », a affirmé la députée Françoise Descamps-Crosnier.

Jean Cordelier

Cette brève est extraite de la lettre de Communes de France n°198 du 3 février 2015

Abonnez-vous à Communes de France