La loi sur le vieillissement adoptée par les députés

« Une nouvelle fois la gauche peut s’honorer de réaliser une ré­forme sociale qui répond à l’un des grands défis de notre temps : l’adaptation de la société au vieillissement », ont commenté les députés Martine Pinville, Christophe Sirugue et Joëlle Huillier, respectivement rapporteur et porte-paroles du groupe PS sur le texte, après l’adoption du projet de loi par l’Assemblée nationale le 17 septembre.

« C’est d’abord le choix de la solidarité nationale avec la sanctua­risation et l’augmentation des fonds publics affectés à la politique du grand âge. Il se traduira par plusieurs avancées majeures. En premier lieu, la revalorisation de l’APA qui permettra d’augmenter le nombre d’heures d’aide à domicile et de réduire leur coût financier pour les personnes âgées en état de dépendance et leurs familles. En deuxième lieu, la création d’une “aide au répit” qui financera l’accueil temporaire dans des structures spécialisées afin de soulager les proches qui viennent en aide à leurs anciens. En troisième lieu, le maintien à domicile avec un programme de 80 000 logements adaptés d’ici 2017 et l’affirmation des droits de toute personne âgée à la dignité et au choix de son projet de vie. Enfin le développement de la “silver économie” avec le soutien à toutes les filières d’activités qui concourent à faire de l’âge une richesse économique pour toute la société. C’est le symbole des réformes sociales de la gauche : construire les protections de l’avenir ».

Les trois députés socialistes estiment « navrant que l’UMP ait voté contre ce grand progrès de société. Enkystée dans son immo­bilisme sur le sujet, minée par son obsession de privatiser la protection sociale, elle a encore une fois raté le rendez-vous de la solidarité entre les générations ».

Cette brève est extraite de la lettre des élus socialistes et républicains n°179 du 21 septembre 2014

Abonnez-vous à Communes de France