Loi ESR : affirmer le rôle des Régions, par Laurent Beauvais

Edito - Laurent Beauvais

Le projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche est soumis à l’examen du Parlement. Le 6 février dernier, Geneviève Fioraso est venue en discuter devant la commission enseignement supérieur, recherche et innovation que je préside au sein de l’Association des Régions de France. Cet échange avec la ministre a permis aux représentants des régions de faire valoir leurs propositions. Les Régions (mais aussi les autres collectivités territoriales) investissent en effet de plus en plus dans le domaine de l’enseignement supérieur et la recherche pour préparer l’avenir de leurs territoires. Les Régions souhaitent donc que leur rôle stratégique soit reconnu.

 

À cet égard, l’acte 3 de la décentralisation doit par ailleurs y contribuer et être une occasion de donner aux Régions un rôle de chef de file des collectivités territoriales dans leurs interventions consacrées à ce secteur. Dans une logique de co-construction avec tous les partenaires, l’ARF propose de systématiser l’élaboration d’une stratégie régionale de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Celle-ci couvrirait également l’offre de formation et un schéma directeur immobilier incluant le logement étudiant. Les Régions souhaitent d’ailleurs, en lien avec les établissements et les autres collectivités, assurer la responsabilité d’ensemblier des politiques liées au logement étudiant et aux conditions de vie étudiante (hors bourses nationales).

En matière d’orientation, le rôle des Régions doit être reconnu jusqu’à l’enseignement supérieur, notamment à travers la mise en place d’un service public régional de l’orientation tout au long de la vie. Sur le plan de l’innovation et en prolongement de leur responsabilité et en matière économique, elles veulent amplifier l’action publique territoriale pour les processus liés à l’incubation, au transfert de technologie et à la valorisation, et en parallèle, être associées pleinement à la construction de la stratégie nationale de la recherche et d’innovation. De plus, les Régions sont prêtes à aller plus loin en terme de responsabilité en en ce qui concerne le dialogue sciences-société et la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle.

La représentation des Régions au sein des conseils d’administration des communautés d’université et/ou d’établissements, des grands organismes de recherche et du futur conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche et du Conseil stratégique de la recherche, ne fait hélas pas consensus, je le regrette. Mais la prise en compte de la problématique du territoire passe également par la contractualisation. C’est pourquoi, en lien avec les schémas régionaux, les Régions souhaitent être systématiquement parties prenantes des nouveaux “contrats de site” passés entre l’État et les établissements.

Laurent Beauvais, président de la Région Basse-Normandie, vice-président de l’ARF, en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.