L’INSEE dessine la carte des départs à la retraite

Après la Seconde Guerre mondiale, la natalité française redémarre et connaît même un pic qui perdurera jusqu’en 1975 : c’est le Baby-boom. Depuis le début des années 2000, ces “babyboomers” arrivent à l’âge de la retraite : ces départs massifs du monde professionnel devraient se prolonger jusqu’en 2020, selon l’Insee. Face au vieillissement de leur population active occupée, l’enjeu est double pour l’Etat et les régions : garantir l’équilibre financier du système de retraite et permettre un réel renouvellement de la main d’oeuvre dans les territoires les plus concernés. Cela représente un défi quand on sait qu’en 2009, 6,3 millions de personnes âgées de 50 à 69 ans avaient un emploi en France, ce qui équivaut à un quart de la population active. Leur pourcentage va en outre augmenter, du fait du vieillissement de la population active et du prolongement de l’âge légal du départ à la retraite.

Cela aura comme conséquence le départ à la retraite de près de 8 millions de personnes d’ici 2020, soit 31% de la population active. Les régions seront touchées différemment selon leur pourcentage de seniors parmi les actifs (23% dans le Nord-Pas-de-Calais à 27% en Limousin) même si celui-ci est relativement stable dans l’hexagone.

Les départs seront en outre abondants dans les services aux particuliers et aux collectivités, là où les emplois sont bien souvent exercés par les seniors. Dans tous les cas, la puissance publique doit dès maintenant anticiper ces évolutions cruciales pour l’avenir de notre économie.

Augustin Hérault 

Cette brève est extraite de la lettre des élus socialistes et républicains n°173-174

Abonnez-vous à la newsletter