L’impact de la ville intelligente

L’éditeur Berger-Levrault organisait récemment, en partenariat avec Sciences Po, un colloque intitulé “Ville intelligente, ville démocratique ?”. La multiplication des flux et des interconnexions modifie profondément l’organisation et l’infrastructure de la ville. Les capteurs et les données disponibles massivement rendent possibles de nouveaux services aux habitants et aux acteurs économiques. Ces évolutions soulèvent des questions quant à l’ambition démocratique de ces smart cities.

Le concept de ville intelligente vise à cribler la ville et les personnes de capteurs. La mise en réseau de ces capteurs par des opérateurs privés doit permettre de produire de nouveaux services et est utile à la planification des politiques publiques, tant en matière d’énergie que de transport ou de sécurité par exemple. Les participants aux débats organisés tout au long de la journée ont notamment pointé l’importance de l’encadrement de l’utilisation des données personnelles collectées. L’explosion de la création des données s’est produite en parallèle de l’explosion de leur valeur, conduisant, selon un représentant de la CNIL, au passage d’une « informatique de système à une informatique de la donnée ». La commission travaille ainsi à une évolution de la réglementation pour encadrer efficacement le Big Data, au-delà de la contrainte de finalité et de proportionnalité imposée aujourd’hui à la collecte de données.

Quentin Delorme

Cette brève est extraite de la newsletter n°156 du 9 mars 2014