Les enjeux d’une réforme ambitieuse, par Eric Quénard

Edito - Eric Quenard

En appelant le 8 janvier à Clichy- sous-Bois lors de ses vœux à« l’action individuelle et  collective des citoyens et de leurs associations » pour  une  mise en œuvre efficace de la politique de la ville, François Lamy, ministre délégué à la Ville, a rappelé l’importance de la participation des premiers concernés par la refonte des dispositifs d’aides à la ville engagée par le gouvernement.

Réduction des inégalités sociales et économiques, revalorisation de quartiers en difficulté, rôle accru des collectivités territoriales : après plusieurs mois d’initiatives positives engagées  par le gouverne- ment, la réforme globale de la politique de la ville est en marche.

La séance plénière de clôture de la concertation nationale “Quartiers, engageons  le changement !”  a eu lieu le 31 janvier à l’Assemblée nationale et a permis à Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, et François Lamy de faire le bilan de plusieurs mois d’une concertation approfondie auprès des principaux acteurs  concernés  par la ré- forme de la politique de la ville.

Le 19 février a également  lieu le Comité interministériel des villes sous  la présidence du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Ce comité sera suivi d’un projet de loi au  Parlement  avant  l’été.  Dès le 23 février,  François  Lamy  rencontrera les élus socialistes et républicains pour échanger sur les différents aspects de la réforme.

La réforme voulue par le gouvernement est structurée autour de 4 objectifs principaux et complémentaires qui permettent de concentrer les aides apportées sur les quartiers  qui en ont le plus besoin. Est d’abord prévue l’amélioration de la territorialisation des politiques sectorielles, dont  les  conventions   d’objectifs pour les  quartiers   populaires   permettront, de manière triennale, de fixer des objectifs concrets, les ministères  signataires s’engageant dans leur domaine de compétence (éducation,  culture,  emploi…). La refonte  de la géographie  prioritaire est  également  un  objectif stratégique : est proposée  une géographie  simplifiée visant  à  lutter  contre  l’actuel enchevêtrement  des  zonages  et son  illisibilité.

La création  d’une  nouvelle  génération de contrats  de ville permettra,  quant  à elle, de redéfinir les relations  entre  les collectivités :   le contrat  réunissant   l’en- semble des acteurs autorisera ainsi une plus grande souplesse, nécessaire à l’émergence d’une véritable ville mixte. Enfin, et de  manière  transversale,  l’association des habitants  est absolument fondamentale. Les “avis citoyens” lors de la concertation, ou la mission  conduite sur la participation citoyenne, en sont de parfaits exemples.

Voilà en cours de réalisation une réforme ambitieuse, d’une importance primordiale pour l’avenir des quartiers concernés. Rendez-vous donc le 23 février pour échanger avec le ministre sur sa mise en œuvre.

Eric Quénard, 1er  adjoint au maire de Reims, conseiller général de la Marne