Les élus de l’APVF reçus par Bernard Cazeneuve

Une délégation de l’Association des petites villes de France conduite par Olivier Dussopt, député de l’Ardèche et maire d’Annonay, a été reçue le 17 décembre par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Plusieurs points ont été abordés au cours de cet entretien dont ceux relatifs aux questions de l’intercommunalité et ceux relatifs aux questions de sécurité et de prévention de la délinquance. Concernant l’intercommunalité, le président de l’APVF a exprimé le voeu que les réformes en cours ne se traduisent pas par une dérive supracommunale et que soit garantie une vraie association des communes au processus de décision défini dans le cadre de l’intérêt communautaire. Il a réitéré l’hostilité majoritaire des maires de petites villes à l’élection au suffrage uni­versel direct des délégués communautaires.

Les maires ont ensuite abordé les questions de sécurité et de prévention de la délinquance. Ils ont déploré la baisse des effectifs de police et de gendarmerie sur certaines zones du territoire considérées comme non prioritaires. Ils ont exprimé le souhait qu’il n’y ait pas de confusion des rôles entre police nationale et police municipale et formé le voeu que soit augmenté les crédits du Fonds interministériel de prévention de la délinquance, dont la majeure partie était jusqu’alors consacrée à la vidéo surveillance. Au sujet de la police municipale, ils ont rappelé leur attachement à son mode de pilotage, sa mission, la tranquillité publique, et à sa dénomination. Ils ont dressé ensuite un bilan positif des Zones de sécurité prioritaire. Dans sa réponse, le ministre de l’Intérieur a pris acte de la baisse des effectifs entre 2007 et 2012 et rappelé que, depuis 2013, les effectifs de police et de gendarmerie ont augmenté de 500 par an. Il a promis des efforts budgétaires pour la poursuite de la modernisation numérique de la police et a indiqué que les redéploiements de police et de gendarmerie se poursuivraient en étroite concertation avec les élus locaux pour assurer sur tout le territoire une plus grande permanence des effectifs de sécurité.

Cette brève est extraite de la lettre de Communes de France n°192-193 du 21 décembre 2014