« Les communes au coeur de la décentralisation de demain », par Nathalie Nieson

Nathalie NiesonLe 97e Congrès des maires qui vient de s’achever avait pour thème un sujet fédérateur et plus que jamais d’actualité intitulé “la force de la proximité”. Je me suis totalement reconnue, au même titre que les élus présents, dans ce mot “proximité” que chaque maire incarne à sa façon et fait vivre au quotidien. Dans un contexte de crise profonde, de perte de repères, le maire est souvent le dernier filet de sécurité, un dernier recours. Le fil qu’il tisse avec ses administrés reste la meilleure garantie de notre cohésion sociale. Le sentiment de responsabilité est d’autant plus fort.

Certains maires, au cours de ce Congrès, ont fait part de leurs inquiétudes mais pour autant, l’ambiance n’était pas à la sinistrose. Beaucoup étaient venus pour prendre de l’énergie, chercher des solutions, imaginer l’action communale de demain. Des griefs envers le gouvernement ont été exprimés : la baisse drastique des dotations de l’État conjuguée à la montée en puissance de l’intercommunalité parfois mal vécue, ont été les principaux sujets de mécontentement. Mais nul n’a contesté le besoin, que je partage, d’une part de réduire les déficits publics et d’autre part de redonner un souffle nouveau à la décentralisation.

Le Premier ministre, en conclusion du Congrès, a annoncé certaines mesures qui vont dans le bon sens comme la pérennisation du fonds d’amorçage pour la prise en charge des activités périscolaires, l’augmentation du taux de remboursement du fonds de compensation de la TVA ou bien encore la volonté de réduire le nombre de normes ou d’en limiter les coûts. Manuel Valls a également fait du dialogue avec les élus une priorité en souhaitant se réunir avec l’Association des maires de France tous les trimestres pour notamment évaluer les mesures de soutien à l’investissement public local. Je suis convaincue que l’AMF, dirigée par François Baroin et André Laignel, adossée à un bureau renouvelé dont j’ai l’honneur de faire partie, sera à la hauteur des enjeux.

La décentralisation est un héritage dont nous pouvons être fiers mais je mesure dans le même temps les efforts que nous devons accomplir pour l’approfondir et l’adapter aux temps nouveaux. Ce moment est maintenant venu et je souhaite y prendre toute ma part.

Nathalie Nieson, députée de la Drôme, maire de Bourg-de-Péage

Cet éditorial est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°189 du 1 décembre 2014

Abonnez-vous à Communes de France