L’élue de la semaine: Nathalie Appéré

N AppŽrŽS’affirmer dans la fidélité

Députée d’Ille-et-Vilaine, vice-présidente du Conseil national des villes, Nathalie Appéré succède à Daniel Delaveau qui n’avait pas souhaité briguer un second mandat à la tête de la municipalité de Rennes

C’est à l’âge de 20 ans que Nathalie Appéré tombe dans le bain de la politique, elle n’en est jamais sortie. À 39 ans, elle est une des rares femmes à la tête d’une grande ville. Native de Ploemeur dans le Morbihan, Nathalie Appéré arrive à Rennes afin de poursuivre son cursus d’études secondaires. Diplômée de l’institut d’études politiques et titulaire d’un troisième cycle en action publique locale, elle commence rapidement sa carrière professionnelle dans le conseil aux collectivités, puis dans l’action pour le développement social local. C’est par ce biais qu’elle entre en 1996 dans l’administration rennaise, comme chargée d’étude à l’Institut régional du travail social. Poste qu’elle occupera jusqu’en 1998, avant de prendre la responsabilité de l’équipement public intégré de St-Jacques-de-la-Lande, commune limitrophe de Rennes. Elle occupe ce poste jusqu’en 2008, date à laquelle elle décide de se consacrer pleinement à ses mandats de première adjointe de Rennes et vice-présidente de Rennes Métropole en charge la cohésion sociale.

L’école rennaise de la politique

C’est en 1995, lors des élections présidentielles, que Nathalie Appéré commence à militer. À 20 ans, elle prend sa carte au MJS, avant d’adhérer au Parti socialiste où elle ne va cesser de s’impliquer localement.

En 2001, elle est présente sur la liste conduite par Edmond Hervé. Elle devient ainsi à 26 ans adjointe en charge de la vie associative. Son grand chantier : réformer en profondeur l’Office social et culturel rennais. Lors des municipales de 2008, Edmond Hervé cède sa place à Daniel Delaveau, Nathalie Appéré qui est sa directrice de campagne, devient première adjointe, chargée de la solidarité et vice présidente de Rennes Métropole. Députée suppléante de Philippe Tourtelier depuis 2002, elle lui succède en 2012, et fait son entrée au Palais Bourbon, où elle siège à la commission des lois. Alliant une implication locale et une vision nationale, Nathalie Appéré est nommée au Conseil national des villes en 2010.

Elle occupe le poste de vice-présidente de cette instance placée sous la présidence directe du Premier ministre et ayant pour rayon de compétence les questions relevant de la politique de la Ville, de l’action publique en direction des quartiers et des territoires en difficulté.

La ville de Rennes est dans le giron socialiste depuis 1977. C’est avec une liste d’union à laquelle se sont associés le Front de gauche et EELV que Nathalie Appéré a remporté les élections au second tour en mars dernier. « Aujourd’hui, si je suis en mesure d’assurer les responsabilités de maire, c’est par le travail que je fournis depuis près de 20 ans. Mon mandat se fera en fidélité avec ceux effectués par mes prédécesseurs », a-t-elle précisé lors de son arrivée dans le fauteuil de maire. Consciente de l’héritage légué par Edmond Hervé et Daniel Delaveau et des valeurs fortes apportées par eux,  Nathalie Appéré espère bien désormais construire par “elle-même” la politique rennaise. 

Julien Bossu

Ce portrait est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°165, du 11 mai 2014

Abonnez-vous à la lettre des élus socialistes et républicains