L’élue de la semaine : Thérèse Jousseaume

  Ecoute et dialogue

Thérèse Jousseaume est maire de Langueux, dans les Côtes d’Armor et vice-présidente de la communauté d’agglomération de St-Brieuc. Elle fait de la démocratie participative un des moteurs de sa politique

Thérèse Jousseaume est une élue qui place toute sa pensée politique dans la participation démocratique. Cette doctrine, elle l’a d’abord appliquée à elle-même. Fille de militants associatifs, elle a toujours su que l’engagement passait par une implication personnelle importante. À 20 ans, elle se mobilise auprès d’une association venant en aide aux personnes addicts aux psychotropes. Plus tard, elle s’investit au sein d’une association de consommateurs. « S’engager, c’est la meilleure façon de défendre la citoyenneté et les valeurs de la République », explique Thérèse Jousseaume.

Besoin d’agir

Attachée territoriale de profession et après un passage par Paris, elle retourne en Bretagne et s’installe à Langueux la même année que la création du RMI. Thérèse Jousseaume se fait remarquer lorsqu’elle est représentante des parents d’élèves auprès de la FCPE dans l’école de ses enfants : « On est venu me chercher car on avait remarqué mon engagement. Je me suis vu proposer de rejoindre la liste de Michel le Sage pour les élections municipales de 1995, où je suis élue conseillère municipale ». L’expérience lui plaît et en 2001 et 2007, elle est élue adjointe au maire chargée de la jeunesse, de l’enfance et de la petite enfance. Durant son mandat, elle s’est attachée à l’élaboration d’un centre d’accueil des loisirs. En parallèle, afin de vivre pleinement son expérience d’élue, elle choisit de réduire son activité professionnelle à 80 %. « Avec l’ouverture d’un centre multi-accueil, je pensais que la boucle serait bouclée et que ce serait mon dernier mandat. Mais Michel le Sage, appelé vers d’autres horizons n’a pas souhaité se représenter et ma candidature est retenue afin d’assurer une continuité à la tête de la ville. Professionnellement, j’étais également arrivé au terme de quelque chose et c’est donc sans regrets que je me suis lancée pleinement dans la campagne des élections municipales de 2014 », explique Thérèse Jousseaume.

Être à l’écoute

À la tête de la commune Thérèse Jousseaume perpétue une tradition, celle de la démocratie participative. En effet, Langueux fêtera l’année prochaine les 30 ans de son conseil municipal des enfants. D’ailleurs, l’une des élues actuelles est passée par le CME dans sa jeunesse. La ville compte également un conseil de sages. « Afin de faire participer les habitants à l’organisation de la vie communale, nous avons mis en place des assemblées générales de la population », précise Thérèse Jousseaume. La dernière édition a d’ailleurs eu lieu ces dernières semaines. Cette réunion de mi-mandat à permis de faire le bilan de ce qui a été fait et de présenter les perspectives d’avenir. Cette rencontre était également l’occasion pour les Langueusiens d’interpeller les élus. « Même si impliquer les citoyens est important, les habitants qui se manifestent dans ce genre d’événement, c’est souvent pour régler des problèmes personnels et malheureusement plus rarement pour des questions d’intérêt général. Pour que la démocratie avance, les élus doivent se remettre en cause mais les citoyens doivent également s’impliquer. La porte de mon bureau est toujours ouverte mais ils restent peu à la franchir », regrette-t-elle.

Faire face aux défis d’aujourd’hui

« Ce mandat est celui de tous les défis. Avec une réduction de la DGF, nous avons dû nous organiser pour faire des économies et avons réussi à réduire de 15 % les dépenses de fonctionnement tout en améliorant la qualité de vie au travail des agents », se félicite Thérèse Jousseaume. Langueux a également fait partie des villes qui se sont manifestées pour accueillir des réfugiés lors du démantèlement de la jungle de Calais. « Nous avons créé un collectif pour les accompagner. Que ce soit pour les aider à obtenir le statut de réfugiés ou dans leur quotidien. Ce choix a suscité de nombreuses réactions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, les citoyens ont massivement réagi », explique Thérèse Jousseaume.

À l’heure où les communes nouvelles sont à la mode, Thérèse Jousseaume n’exclut pas de se rapprocher de la ville voisine de Trégueux. « Nous sommes en phase de réflexion, je souhaite consulter la population via des ateliers participatifs. Même si nous sommes dans une période où la mutualisation devient nécessaire, rien n’est encore décidé et je souhaite être transparente sur la question », conclut Thérèse Jousseaume

Julien Bossu