L’élue de la semaine : Ouassila Soum

Ancrée en Touraine

Maire adjointe de St-Pierre-des-Corps, Ouassila Soum est vice-présidente de l’Union des élus socialistes et républicains d’Indre-et-Loire

Ouassila Soum est issue d’une famille modeste installée dans l’agglomération tourangelle. Née à Tours, elle a grandi à St-Cyr-sur-Loire. Après des études à l’université de Tours dont elle sort diplômée en droit des collectivités territoriales et en management public, elle fait le choix du local dans son parcours professionnel. Elle débute à ERDF au service des relations avec les collectivités territoriales puis devient juriste pour des sites Natura 2000 et chef du service emploi au centre de gestion de la fonction publique territoriale. Ouassila Soum réussit le concours d’attachée territoriale en 2010. Elle est aujourd’hui DRH dans une mairie.

« C’est le quinquennat de Nicolas Sarkozy qui m’a donné envie de m’engager en politique. Je ne me reconnaissais aucunement dans la politique qu’il menait et le discours de Dakar a été le déclic de mon engagement. En 2012, j’adhère au PS et me suis engagée directement dans la campagne de François Hollande puis celle de Marisol Touraine pour les élections législatives», explique Ouassila Soum. En 2014, elle rejoint la section de St-Pierre-des-Corps. Cette ville est un fief communiste qui dispose d’un accord depuis 1973 avec le PS pour les municipales. Elle est candidate sur la liste de la gauche plurielle et a grandement participé à l’élaboration du programme.

Élue, elle devient adjointe au patrimoine et aux bâtiments. «La gestion des bâtiments communaux était pour moi une véritable nouveauté. Cela demande une grande implication et du temps, notamment pour la participation aux commissions de sécurité. J’ai fait de la gestion des écoles – nous en avons 13 dans la commune – l’une des priorités de mon mandat avec le travail sur les économies d’énergie de nos bâtiments. Pour faire face à des groupes scolaires vieillissants, nous avons mis en œuvre des chantiers de rénovation. L’éducation est un enjeu primordial et nous devons nous donner les moyens de participer à la réussite éducative de tous les enfants», ajoute Ouassila Soum. Lors des elections départementales de 2015, elle est la suppléante de Cyrille Jeanneau dans le canton St Avertin/St-Pierre-des-Corps, mais il ne sera pas élu. Dans la continuité de son engagement, elle est présente sur la liste socialiste pour les élections régionales de décembre 2015. Malgré la victoire de la gauche, elle n’entre pas au Conseil régional car située en position non éligible : «Cette victoire de François Bonneau s’explique par un bilan positif et par une campagne active commencée dès mai2015. Nous avons fait un très bon score au second tour, nous sommes le seul département de la région où la gauche est arrivée en tête», précise Ouassila Soum.

 

La formation des élus

Depuis juillet dernier, Ouassila Soum est vice-présidente de l’Union des élus socialistes et républicains d’Indre et Loire. Avec Wilfried Schwartz, maire de La Riche et président de l’UD 37, elle veille à ce que cette dernière représente bien l’ensemble des élus de tous les territoires, les urbains comme les ruraux. Elle insiste beaucoup sur la formation des élus, notamment grâce à l’organisation de séminaires : le prochain porte sur l’intercommunalité.

« Suite aux attentats, en tant qu’élue locale, j’ai pris pleinement conscience de l’importance de la lutte quotidienne pour accroître le vivre ensemble, la tolérance et la diffusion des valeurs républicaines. Je suis en désaccord avec le principe de déchéance de nationalité. Pour moi, ne pas diviser, ne pas stigmatiser est la réponse la mieux adaptée. Il n’y a pas assez de mixité sociale, il faudrait plutôt renforcer les moyens de prévention et d’éducation. La France est passée à côté de quelque chose avec sa jeunesse, notamment après l’embrasement des banlieues en 2005 où finalement peu de mesures ont été mises en œuvre», conclut Ouassila Soum.

 

Julien Bossu