L’élue de la semaine : Maryvonne Boquet

maryvonne-boquet La défense des services 
de proximité

Maryvonne Boquet est maire de Dourdan dans l’Essonne. C’est la seule ville du département ravie à la droite lors des dernières élections municipales

Maryvonne Boquet est issue d’une famille profondément socialiste depuis plusieurs générations. Fille d’agriculteurs beaucerons très ancrés à gauche, elle choisit d’adhérer au PS en 1980, comme pour entretenir un héritage familial et poursuivre son cheminement politique. Son engagement est dans un premier temps associatif, comme parent d’élèves. Elle a milité pendant 20 ans avant d’être conviée par Yves Tavernier, alors maire de Dourdan depuis 1983, à le rejoindre sur sa liste. « Lors des élections municipales de 2001, Yves Tavernier m’a demandé de le rejoindre. J’ai accepté car j’avais envie de m’investir encore plus pour ma commune et d’être dans le concret », déclare Maryvonne Boquet. Elle devient alors adjointe, chargée de la vie associative et du sport : « Durant cette mandature, je pense avoir réussi à renouer le dialogue entre les différentes associations, mais aussi avec la mairie ». En 2008, Yves Tavernier ne se représente pas et cette annonce entraîne des dissensions à gauche avec deux listes issues de l’équipe sortante. Celle de droite l’emporte. Maryvonne Boquet découvre les rangs de l’opposition municipale. « Nous étions dans un climat de défiance de la part de la majorité. Nous avions en face de nous un maire qui ne connaissait rien à la vie d’une collectivité locale. Ce fut un mandat assez brouillon où rien ne fut fait pendant six ans, si ce n’est une augmentation des impôts de 20 %. Même dans son équipe, le maire n’était plus soutenu », explique-t-elle.

Le sens de l’exemple

Pour réparer ce mandat néfaste pour la ville, Maryvonne Boquet et son équipe se mettent au travail afin de produire un “vrai” programme de campagne qui portera ses fruits avec la victoire aux élections de 2014. « Nous avons pris des engagements et mis à part celui de baisser les impôts, nous les tiendrons tous », précise la maire. Pour les impôts, ils ne seront pas augmentés malgré la mise en place de temps d’activités périscolaires (TAP) de qualité. « Je souhaitais que le plus grand nombre d’élèves puissent accéder à des activités dont ils n’auraient pas forcément eu l’idée ou les moyens : de l’équitation pour les maternelles, de l’initiation à la botanique ou à la photographie. Nous avons également mis en place un service de restauration scolaire gratuit pour le déjeuner du mercredi. Durant la campagne, nous avons eu de fortes demandes de la population concernant la réforme des rythmes scolaires. Nous avons choisi d’y répondre en insistant sur la qualité des prestations offertes aux enfants », ajoute Maryvonne Boquet. Son action en faveur de la jeunesse ne s’arrête pas là. Un point info jeunesse a été créé et 400 élèves sont inscrits au conservatoire municipal, dont certains dans des classes à horaires aménagés en partenariat avec un des collège de la ville?

Accès aux soins

Jusqu’en 2014, Maryvonne Boquet était gestionnaire-adjoint des crédits alloués aux chercheurs à l’institut Pasteur. Depuis son élection, elle se bat pour la défense des services de soins de proximité sur son territoire. « Malgré la fermeture de la maternité en 2015 et le nombre de médecins généralistes, nous avons entrepris la création d’une maison pluridisciplinaire de santé, dont l’ouverture est prévue en avril 2017. Nous ne comprenons pas pourquoi nous manquons d’attractivité pour l’installation de nouveaux médecins. Alors nous avons pris le parti de créer cette espace en encadrant les loyers des cabinets et en prévoyant un appartement pour les médecins stagiaires. Cette maison pourra accueillir 5 médecins. 2 sont déjà trouvés, qui travailleront en complémentarité avec l’hôpital de Dourdan. Les études de médecine sont payées par l’État, il serait bon que les médecins lui soient redevables en s’installant dans les zones où les besoins médicaux sont les plus importants », conclut Maryvonne Boquet.

Julien Bossu

279-portrait