L’élue de la semaine : Isabelle Bruneau

Militante et citoyenne

Isabelle Bruneau est députée de l’Indre et conseillère municipale d’Issoudin. Première femme a être élue députée dans ce département, elle a décidé de se présenter à sa succession en se confrontant une fois de plus au vote citoyen

Isabelle Bruneau est une femme de poigne. Petite-fille et fille d’instituteurs, elle grandit dans le mythe des hussards noirs de la République. Professeur de sciences économiques et sociales de formation, elle a tenu à accompagner ses élèves de terminale jusqu’au baccalauréat durant la campagne des élections législatives de 2012. « Je me faisais un devoir de ne pas les laisser sur le bord de la route », explique Isabelle Bruneau, qui a su mener cette campagne « sportive » sur les deux fronts. Elle a exercé son métier par vocation en y ajoutant des pratiques innovantes, surtout grâce à la tenue de débats avec ses élèves afin de développer leur sens critique et leur traitement de l’information.

Une volonté d’agir pour l’intérêt général

En 2008, Isabelle Bruneau est élue adjointe au maire sur la liste d’André Laignel, qui lui confie la charge des associations culturelles et du tourisme. Réélue lors des élections municipales de 2014, elle choisit d’appliquer le non-cumul des mandats et reste simple conseillère municipale d’Issoudin. « Mon emploi du temps n’était pas compatible avec ces deux mandats et surtout cela me dérangeait de percevoir deux indemnités d’élue », précise Isabelle Bruneau. En 2011, elle est suppléante lors des élections cantonales, mais elles sont perdues de peu. « J’ai rapidement pris conscience du creusement des inégalités et que la course aux chiffres les creuse encore plus. Ce n’est pas le modèle de société que je souhaitais laisser à notre jeunesse, j’ai donc décidé de m’engager », confie Isabelle Bruneau, qui est passée par les rangs d’ATTAC et de la CGT éducation. Les années “Sarkozy” auront renforcé son besoin de se mettre au service des autres. En 2012, Isabelle Bruneau est élue à l’Assemblée Nationale, devenant ainsi la première femme députée du département de l’Indre. « Un an avant d’être élue, je n’avais jamais envisagé devenir un jour députée. Je voulais changer la politique et la manière de la faire. Être une femme députée, c’est déjà une révolution culturelle, un vrai changement », déclare Isabelle Bruneau. D’ailleurs, pour elle, « il ne faut pas chercher à tout prix la parité. Il y a une question de compétences politiques. Sexuer le débat n’est pas la solution ». Malgré tout, Isabelle Bruneau rappelle qu’un ministre du Droit des Femmes est « vital et nécessaire dans notre société où l’on entend encore des propos réactionnaires sur le droit des femmes ». D’ailleurs le gouvernement a beaucoup agi pour les femmes, notamment avec sa loi sur la lutte contre le système prostitutionnel, qui « sort la femme d’un rapport marchand ». Isabelle Bruneau est très fière d’avoir pu contribuer à « offrir plus de droits à ceux qui en manquaient, comme avec le vote de la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe ». Qualifiée d’élue de proximité par ces confrères et administrés, Isabelle Bruneau met un point d’orgue à rencontrer les habitants qui ont besoin d’elle. Elle est présente sur les 164 communes de sa circonscription et organise des réunions annuelles de bilan d’actions.

Préparer une société plus soutenable

Isabelle Bruneau est également satisfaite d’avoir pu participer au vote de la loi sur l’accaparement des terres agricoles, celle sur la refondation de l’école, celle sur l’égalité réelle et celle sur les funérailles républicaines, « possibilité qui manquait dans notre République laïque ». En effet, Isabelle Bruneau est très attachée à la défense de la laïcité. « Elle ne se discute pas. C’est un socle, un fondement et elle est garante du vivre ensemble. Il n’y a pas de compromis possible. La loi de 1905 est indiscutable. L’école doit être le premier vecteur du principe de laïcité, tout comme l’école doit être le vecteur des valeurs d’égalité et de liberté ». Lors de la XIVe législature, Isabelle Bruneau est membre de la commission de la défense et des forces armées et membre de la commission des affaires européennes, au sein de laquelle elle a agi pour la lutte contre l’optimisation fiscale et l’évasion fiscale : « Je souhaiterais aller vers un label d’éthique fiscale pour les entreprises, afin de moraliser l’économie ».

Isabelle Bruneau, candidate à sa succession, souhaite poursuivre le travail engagé, particulièrement avec les élus locaux afin de « préparer une société plus soutenable pour la jeunesse ».

Julien Bossu