L’élue de la semaine : Catherine Touchefeu

Retrouver les valeurs fondamentales du socialisme

Maire-adjointe de Nantes, déléguée au quartier Doulon-Bottière, Catherine Touchefeu est vice-présidente du Conseil départemental de Loire-Atlantique, en charge de la culture et du patrimoine

Institutrice de métier, Catherine Touchefeu tient sa fibre humaniste de son cocon familial. « Ma famille a toujours fait part d’un engagement social réel. Mes parents étaient soucieux des problématiques sociétales mais ne se sont jamais engagés politiquement », précise Catherine Touchefeu. La lutte contre les inégalités et les discriminations rythme son engagement. C’est donc tout naturellement qu’elle s’engage auprès du syndicalisme enseignant puis de SOS Racisme, dont elle sera la responsable locale. « Dès le lycée, je me suis intéressée à de nombreux combats notamment celui du féminisme avec le développement du planning familial. Dans ce début des années 1970, nous nous devions d’assurer pleinement la place et le droit des femmes », explique Catherine Touchefeu.

Besoin d’être utile aux autres

Ses premiers engagements politiques se font d’abord en direction de la LCR, avant de rejoindre le Parti Socialiste, par envie de peser réellement dans le combat politique. La longue période de grève, en contestions des mesures du premier ministre de l’époque n’y est pas pour rien. Par la suite, elle rejoint le courant de la Gauche Socialiste animée par Julien Dray, Gérard Filoche, Marie-Noelle Lienneman et Jean-Luc Mélenchon. « J’étais en adéquation avec leurs valeurs de redistribution des richesses, afin de faire évoluer les conditions de vie. Mon engagement à ces différents niveaux m’a permis de faire le lien entre les actions de proximité et la bataille politique locale et nationale », précise Catherine Touchefeu qui a été membre du conseil national du PS de 2003 à 2008.

Sa première campagne électorale remonte aux régionales de 1998. Dans la continuité de son engagement, Catherine Touchefeu se présente aux élections municipales de 2001 sur la liste conduite par Jean-Marc Ayrault. Elle est élue conseillère municipale. Depuis 2008 elle est maire-adjoint. Elle est en charge de l’un des onze quartiers de la ville, celui de Doulon-Bottière. « Je souhaitais retrouver cette sensation d’unité, présente sur cette liste. Toute la gauche y était rassemblée et un pas de plus vers la parité était fait ».

Être dans l’offre et la construction

Catherine Touchefeu est élue au conseil général en 2004 et en devient en 2008, vice-présidente en charge de la culture et du Patrimoine. Pour elle, « la culture permet à chacun de sentir qu’il a sa place dans la société, au même titre que les autres. Elle participe à la constitution citoyenne et surtout, elle s’adresse au plus grand nombre et permet de sortir de l’entre soi ». Catherine Touchefeu s’évertue à mettre en mouvement et en relation les structures sociales et culturelles notamment, grâce à des actions pour tous les publics (personnes handicapées, âgées, jeunesse…). « La culture est une nécessité vitale du développement des individus et de la société, elle permet l’ouverture des consciences. On a besoin de la liberté de création pour lutter contre le prêt à penser », analyse Catherine Touchefeu. Sa connaissance de ces deux strates territoriales lui a fait prendre conscience de la nécessité d’une meilleure collaboration entre les collectivités, « en Loire Atlantique, on a l’habitude de travailler ensemble mais je sais que ce n’est pas le cas partout ».

Catherine Touchefeu explique les dernières défaites successives de la gauche par une abstention massive de ses sympathisants et par manque de dynamisme. « Il faut retrouver les valeurs fondamentales du socialisme et reconstruire la dynamique perdue », conclut celle qui souhaite laisser la place aux jeunes pour la suite et qui ne manquera pas de trouver une autre façon de poursuivre son militantisme.

Julien Bossu