L’élue de la semaine : Catherine Quignon Le Tyrant

Elue de la semaine - Catherine Quignon le TyrantMaire de Montdidier, Catherine Quignon Le Tyrant est vice-présidente du Conseil général de la Somme chargée du développement économique.Pour elle, la gestion communale se conjugue avec le développement durable local.

Originaire du sud-ouest, Catherine Quignon Le Tyrant est engagée à gauche depuis toujours. Elle se rappelle son premier meeting alors qu’elle n’avait que 14 ans. Lors de l’élection présidentielle de 1981, jeune encartée au PS, elle s’investit dans la campagne de François Mitterrand. Ce fut pour elle une initiation à la politique de terrain. À 20 ans, Catherine Quignon Le Tyrant devient infirmière diplômée d’État. La vocation d’être utile pour autrui guide ses choix. Elle se tourne d’abord vers le syndicalisme. À 33 ans, elle emménage dans la Somme. C’est ici qu’elle éprouve une fois de plus le besoin « d’être au service des autres » et se tourne vers la politique.

Stratégie d’ensemble

En 2001, Catherine Quignon Le Tyrant conquiert la mairie de Montdidier. Elle conçoit la gestion municipale en ayant à l’esprit une question : comment baisser les frais de fonctionnement de sa commune de 6 400 habitants ? À l’aide de cette problématique, Madame la maire fait de sa ville une commune pilote en matière d’énergies renouvelables. Une gestion récompensée en 2009 par un prix pour l’ensemble des actions menées dans sa ville en faveur du développement durable. Dès son arrivée à la tête de la municipalité, elle se rend compte du “bijou” qu’elle a entre les mains : la ville dispose de sa propre régie municipale. C’est l’ensemble de la stratégie de l’énergie qui est remise en question. Les transformations englobent la réduction de l’éclairage public, avec un système de variateurs, une meilleure isolation des bâtiments publics, une production d’électricité par éoliennes et panneaux photovoltaïques. La ville possède le premier parc éolien public de France. Ce projet, qui date de 2007, entre en fonctionnement en 2011. Il produit 57 % de l’électricité consommée dans la commune, l’objectif étant d’atteindre les 100 % rapidement. Catherine Quignon

Le Tyrant vient de lancer une concertation pour connaître l’avis de la population au sujet de l’implantation d’une “méga” éolienne. Ce serait une première en France et sa production égalerait celle de trois éoliennes de taille classique.

Mobiliser la filière locale

« Devenir un site pilote et d’innovation nous permet d’être accompagnés dans nos démarches », précise la maire. La commune reçoit des subventions du Département, de la Région, de l’Union européenne ou de l’Ademe. EDF participe également au financement des projets. Montdidier dispose de la première chaufferie à bois de Picardie. Elle a l’avantage de mobiliser la filière bois locale, ainsi que les emplois qui l’accompagnent. « À titre d’exemple, c’est 8 000 € d’économisés pour l’hôpital chaque année, la régie municipale réalise ainsi des économies là où les autres collectivités dépensent. Les habitants sont gagnants et les factures baissent. Surtout que la mairie s’est lancée dans un programme d’aide à l’équipement comme pour l’achat de pompe à chaleur ou de vélo à assistance électrique », précise Catherine Quignon Le Tyrant. La dynamique verte n’est pas prête de s’estomper puisque Montdidier se lance dès 2014 dans la création de bâtiments du futur, c’est-à-dire qu’ils produiront plus d’énergie qu’ils n’en consommeront.

Julien Bossu