L’élu de la semaine: Marc Malbet

MalbetAu contact

Venu du Cantal voisin, Marc Malbet a été si bien accueilli par les habitants de Domérat, commune de l’Allier, qu’il en a été réélu maire en mars 2014. Pour cet élu de terrain qui a consacré une grande partie de sa vie à sa commune d’adoption, cette réélection est un honneur.

Ayant choisi d’enseigner à Montluçon en 1981, Marc Malbet s’installe à Domérat. Très vite, ce jeune enseignant s’engage dans une commune qu’il n’a jamais quittée depuis. À l’occasion des élections municipales de 1989, ce militant socialiste choisit de rejoindre la liste d’Union de la gauche menée par le Parti communiste. Élu, ses compétences et sa « certaine tendresse pour le sujet » le conduisent à devenir adjoint au maire en charge des affaires scolaires. Au-delà des différences partisanes, Marc Malbet entretient d’excellents rapports avec le maire communiste, « un homme très cordial et très franc ». Réélu en 1995, il conserve sa délégation et devient chef du groupe majoritaire. Puis, à l’occasion des municipales de 2001, Marc Malbet devient adjoint en charge des finances, une délégation « très exigeante et très formatrice ».

Si les relations avec le maire PC restent bonnes, elles se tendent avec son successeur désigné. Et alors que chaque élection nationale convainc de plus en plus les habitants de Domérat à voter socialiste, le PS commence à envisager de prendre la mairie. Mais la conquête de Domérat, depuis 30 ans fief du PC, passe par le canton.

Aux cantonales de 2004, Marc Malbet se présente donc et est élu avec 70 % des voix au second tour face au candidat de droite. La conquête de Domérat est lancée et se concrétise en 2008. Pour la première fois, Marc Malbet est tête de liste aux municipales. La liste socialiste remporte 49,9 % des voix : seules 9 voix lui manquaient pour s’imposer dès le premier tour. Durant l’entre-deux-tours, le PC, qui avait recueilli 31 % des voix, rejoint le PS pour former la liste d’Union de la gauche. Au second tour, celle-ci réunit 75 % des suffrages et Marc Malbet est élu maire.

Un nouveau souffle

Durant son mandat, Marc Malbet concentre ses efforts sur le développement économique de Domérat. La majorité mène une politique volontariste dans tous les domaines : la municipalité investit plus de 17 millions d’euros pour développer des zones économiques et commerciales. L’ensemble des secteurs sont concernés, de la culture en passant par la politique sociale avec le doublement des budgets du CCAS et de son personnel. Par exemple, la commune a investi près de 5 millions d’euros dans la construction d’un nouveau stade de sport.

Malgré un contexte national difficile, la politique menée par l’équipe municipale se révèle efficace : l’essor économique de Domérat est patent, ce qui permet à la municipalité de poursuivre des projets ambitieux sans augmenter les impôts locaux. Marc Malbet est opposé au cumul des mandats. Pour lui, la fonction de maire est « un travail exigeant, à temps plein » et c’est pour cette raison qu’il n’a jamais souhaité briguer de fonction parlementaire.

Le maire de Domérat se consacre donc entièrement à cette tâche qui requiert une « grande connaissance du territoire et de ses habitants ». Pour cela, il est très présent sur le terrain, dans les rues auprès des citoyens : « Ce qui me plaît le plus, c’est le contact ; le contact peut permettre d’améliorer certaines situations. On ne peut pas tout faire, mais si on peut faire un peu, c’est très gratifiant.»

Pour l’épauler, il peut compter sur son équipe : « J’ai la chance d’être entouré d’une équipe d’une très grande qualité, très engagée et d’une efficacité redoutable. Pour un maire, c’est un confort incommensurable».

Pour la nouvelle mandature, Marc Malbet souhaite poursuivre le travail entamé et faire grandir sa commune : « Si on réussit tout ça, je pense qu’on aura bien travaillé ! ». C’est tout le bien qu’on lui souhaite.

Arthur Créhalet

Ce portrait est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°166, du 19 mai 2014

Abonnez-vous à la lettre des élus socialistes et républicains