L’élu de la semaine: Jean-Michel Wattier

Maire d’un village actifjm wattier_dsc8101

Jean-Michel Wattier est maire de Montigny-sur-Crécy, dans l’Aisne. Il prouve qu’il est pos­sible de mener une politique municipale dynamique dans une commune de moins de 400 habitants. Entre attendre tranquillement l’arrivée de la prochaine élection ou se remonter les manches et offrir à ses administrés une politique ambitieuse et at­tractive, Jean-Michel Wattier a choisi

Avec son équipe municipale, Jean-Michel Wattier propose une politique globale basée sur l’accueil de nouveaux habitants, l’embellissement du village et la réalisation d’une offre de service à la population. Cette dernière est une des plus jeunes du canton avec 70 enfants de moins de 16 ans. « Être porteur de la vie communale, c’est être porteur de la vie publique et de la citoyen­neté », déclare le maire, qui voit en cette jeunesse une richesse pour son territoire

Au service du lien social

Jean-Michel Wattier est aujourd’hui le di­recteur régional adjoint de la Fédération des maisons des jeunes et de la culture de Picardie. Après un DESS en dévelop­pement local, il a fait toute sa carrière en tant qu’animateur socioculturel et à fini par se spécialiser dans le secteur de la formation. Son engagement militant re­monte au milieu des années 1970, dans un premier temps au PSU. Mais la défaite de la gauche aux élections législatives de 1986 le convainc d’adhérer au PS : « Au lieu de me lamenter, je voulais faire des choses », précise-t-il. Son parcours pro­fessionnel le conduit des Ardennes à Montigny-sur-Crécy. Il y emménage en 1998 et en devient maire pour la pre­mière fois en 2001. Ce fut sa première campagne électorale. Il est élu à l’unani­mité. Il est reconduit dans le fauteuil de maire à chaque échéance municipale. A la Communauté de communes du Pays de la Serre, il a occupé la vice-présidence pendant 7 ans, chargé de la culture et du développement. En 2008, il entreprend de ravir un siège au Conseil général mais cela se solde par une défaite à 200 voix face au conseiller sortant. La même an­née, il prend la tête de l’Union départe­mentale des élus socialistes et républi­cains (UDESR 02).

Des initiatives concrètes

La mairie a ouvert un foyer rural. Construit pour un coût de 223 000 €, ce projet qui date de 2009 a été inauguré en no­vembre 2013. « Nous avions besoin d’avoir une structure pour accueillir les enfants et être en adéquation avec la po­litique jeunesse forte que nous menons. Ce foyer rural participe à la création du lien social, il accueille les enfants dans le temps périscolaire. Cela a permis d’em­baucher une animatrice en emploi d’ave­nir. Le foyer s’intègre à l’architecture de la mairie et de l’ancienne école dont il a pris la place ». Depuis sa prise de fonction, Jean-Michel Wattier a entrepris de trans­former sa commune. De la réfection de la voirie à l’enfouissement des réseaux élec­triques en passant par la mise en place de commandes groupées de fuel de chauf­fage ou de gaz, le maire a choisi de faciliter la vie des Montignais. Pour la sécurité de tous et notamment des aînés, le maire a fait installer un défibrillateur et a fait for­mer plusieurs secouristes. Dix foyers de personnes âgées se sont vus installer un système de télésurveillance afin de main­tenir un contact entre les personnes iso­lées, les services de secours et le voisinage.

Quant à sa vision générale de la réforme territoriale, Jean-Michel Wattier est « fa­vorable à de grandes régions, néces­saires pour le développement de l’État, à des départements forts pour plus de solidarité et à un bloc communal puis­sant primordial pour la proximité avec les Français ». Il suggère donc de « revoir les compétences des intercommunalités pour les renforcer ».

Julien Bossu

Ce portrait est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°187 du 18 novembre 2014

Abonnez-vous à Communes de France