L’élu de la semaine : Yves-Pascal Renouard

Y-P Renouard

En terre de mission

Neveu d’André Diligent, ancien sénateur-maire de Roubaix, Yves-Pascal Renouard est conseiller municipal et communautaire de Cambrai. Il se définit comme un homme politique social-démocrate aux inspirations multiples

C’est à Roubaix qu’Yves-Pascal Renouard a commencé sa carrière politique, à l’époque sous l’étiquette du Centre des démocrates sociaux. « Je viens du centre-gauche. Mon oncle André Diligent, ancien commissaire adjoint du gouvernement provisoire en charge de l’information, m’a très tôt transmis l’envie de m’engager pour la chose publique ». Yves-Pascal Renouard se forme tout naturellement auprès de son oncle, qu’il qualifie de “contestataire”.

À 23 ans, Yves-Pascal Renouard est élu sur la liste de son oncle lors des municipales de 1983, il entre à la mairie de Roubaix en tant qu’adjoint. Il est aussi élu à la Communauté urbaine de Lille. « J’étais le benjamin, j’y croisais des pointures de la vie politique locale et nationale et c’était pour moi important de les découvrir et d’apprendre à leurs côtés. Il fallait faire vite et bien », se souvient Yves-Pascal Renouard. Il restera adjoint jusqu’en 1995. En 1994, André Diligent qui souhaite passer le relais se tourne vers celui qui était à l’époque son 1er adjoint : René Vandierendonck, qui deviendra sénateur socialiste en 2011. Lors des municipales de 1995, Yves-Pascal Renouard contribuera à la réélection de René Vandierendonck, en maintenant la liste qu’il avait conduite, au second tour. Il siégera alors comme conseiller municipal, jusqu’en 2008. « Même si j’avais un temps décidé de ne plus être élu, ma fille me rappelle que lorsque l’on est né dedans, on ne quitte jamais la vie politique », confie-t-il.

Du centre-gauche au PS

C’est au gré de diverses rencontres qu’Yves-Pascal Renouard affine ses choix politiques qui le conduisent de plus en plus à se rapprocher du PS. Il l’avoue, Patrick Kanner, actuel ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, et Gilles Pargneaux, eurodéputé, ne sont pas pour rien dans sa “mutation” et le choix de sa nouvelle terre de mission à Cambrai. « J’ai eu la chance de croiser la route de Patrick Kanner dans les années 1980, lorsqu’il était directeur du Comité d’action sociale. C’est un homme avisé, intelligent et concret. Il était déjà à l’époque très engagé dans la lutte contre l’exclusion », explique-t-il. Depuis 2002, Yves-Pascal Renouard s’est investi dans les campagnes électorales conduites par le PS en apportant son soutien aux différents candidats sur le territoire. C’est en 2013 qu’il prend officiellement sa carte au PS. Même si Yves-Pascal Renouard n’est pas natif de Cambrai, il s’est efforcé de devenir Cambrésien. Il s’est définitivement établi dans la ville, il y a même implanté son cabinet spécialisé dans l’ingénierie publique.

Un nouveau souffle

En 2014, on lui propose d’être la tête de liste PS aux élections municipales. « Je suis fier de m’engager dans un territoire où Pierre Mauroy a fait ses premières armes. J’ai également promis d’y rester malgré une défaite annoncée », déclare celui qui est également lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la gendarmerie nationale. Sa liste n’était pas uniquement socialiste : elle regroupait aussi des écologistes et pour moitié des personnes issues de la société civile. Il est le seul élu socialiste à siéger dans ce bastion de droite : « Être dans l’opposition à Cambrai, c’est se battre au quotidien contre une féodalité conservatrice bien en place. Il m’est arrivé de devoir saisir le tribunal administratif pour que le maire respecte les droits de l’opposition », précise Yves-Pascal Renouard. Son opposition, il la mène au quotidien, il s’efforce qu’elle soit critique et constructive. Pour lui, « Cambrai n’a pas les élus qu’elle mérite. Il y a trop peu d’actions politiques menées, alors que 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. La mairie et la Communauté d’agglomération sont en surendettement constant et ce, sans que la situation n’évolue positivement ».

Pour Yves-Pascal Renouard, deux projets prioritaires pourraient apporter un nouveau souffle au Cambrésis, le réaménagement de l’ancienne base aérienne 103 en “e-valley”, plateforme de valorisation des biens via le net, et le canal Seine Nord, avec sa plateforme multimodale. « J’ai proposé la création d’une maison du projet Seine Nord pour accompagner son bon déroulement. Les travaux débutent et rien n’est encore prévu pour la mise en avant de la plate-forme multimodale. C’est aberrant de ne pas utiliser cet outil, martèle-t-il. Je fais tout mon possible pour mener la gauche, pour avoir une équipe au service du territoire, assure Yves-Pascal Renouard. J’aiderai de toutes mes forces celui ou celle qui sera désigné par le PS pour les prochaines élections législatives ».

Julien Bossu