L’élu de la semaine : Jean-Claude Husson

Un petit coin de terre de France

Candidat aux élections législatives pour la 10e circonscription des Yvelines, président de l’UDESR, Jean-Claude Husson est maire de St-Arnoult-en-Yvelines, ce petit coin de terre de France cher à Aragon et Elsa Triolet

Ingénieur de formation, Jean-Claude Husson prend très vite conscience de l’importance de se mettre au service des autres, même si le début de sa carrière professionnelle ne lui en a pas laissé le temps. C’est d’abord par le monde associatif qu’il s’engage en rejoignant au début des années 2000 la section badminton de l’Association sportive communale, dont il finira par prendre la présidence. « J’ai beaucoup appris de cette expérience où il n’est pas toujours simple de coordonner tous les bénévoles. Il faut faire preuve de conciliation et savoir tenir ses promesses. L’association sportive est un lien privilégié avec la population », se rappelle Jean-Claude Husson.

En 2001, il trouve dans sa boîte aux lettres un trac invitant à une réunion publique afin de rejoindre la liste de rassemblement de la gauche pour les prochaines élections municipales. « Je pensais avoir rejoint la bonne liste mais une liste mêlant socialistes et écologistes s’est montée contre nous. Je me suis donc retrouvé sur la mauvaise liste, un peu plus à gauche que prévu ! », explique-t-il. Cette même année, Jean-Claude Husson rejoint le Parti Radical de Gauche. L’expérience sera courte, un mois après il claque la porte en raison d’une mésentente interne. En 2004, il est sollicité par les membres de la liste socialiste, il les rejoint et adhère au PS en 2006.

Une formation accélérée aux élections municipales

St-Arnoult-en-Yvelines a connu une vie municipale mouvementée lors des quinze dernières années. La droite a connu des difficultés à mettre en place une équipe stable. De démissions en scissions, les élections municipales se succèdent. « Lors des élections partielles de 2006, je suis en deuxième position sur la liste, nous perdons pour 21 voix, mais j’accède au conseil municipal », ajoute Jean-Claude Husson, qui garde de cette expérience « une excellente formation au code électorale et au code général des collectivités territoriales ». Le scénario se répète lors des municipales de 2008. En septembre 2012, de nouvelles élections municipales partielles sont organisées. « Nous l’emportons et je deviens le premier maire socialiste de la ville depuis plus de trente ans. Nous avions 18 mois pour montrer de quoi nous étions capables », explique Jean-Claude Husson. Il a su gagner la confiance des habitants et répondre aux attentes des services. Il sera ainsi réélu en 2014.

Jean-Claude Husson porte une attention particulière au développement des actions culturelles sur sa commune : « Depuis 2013, nous les multiplions, notamment avec la création du festival de la poésie dans la ville ou le parcours poétique. Nous tentons de combattre l’abandon de la culture par le département. Nous avons la chance d’avoir sur notre territoire la Maison Elsa Triolet-Aragon, véritable lieu de vie culturelle ».

Jean-Claude Husson a aussi entrepris de réaménager le centre-ville de sa commune : « Nous sommes en cours d’acquisition des parcelles des friches urbaines et espérons maintenir nos commerces de cœur de ville ». Fort de sa fibre écologique, il agit pour le développement durable. Une extinction des éclairages municipaux est en place de 1 heure à 5 heures du matin et la commune est passée au zéro-phyto depuis 2015.

Il a également fait voter en conseil municipal une interdiction des cirques avec animaux vivants dans sa commune, avec pour seul objectif de lutter contre la maltraitance animale.

L’expertise du terrain

Jean-Claude Husson fait le pari de la mutualisation et du retour à la régie municipale dans une période où il est demandé aux collectivités locales de faire des économies. « Nous avons choisi de mutualiser les services de l’assainissement avec la commune voisine d’Ablis, dès 2013. Ainsi, le coût du mètre cube a diminué significativement. De nombreuses économies sont possibles lorsque l’on regarde dans le détail », explique Jean-Claude Husson.

Fermement opposé à la fusion des départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines, Jean-Claude Husson ne pense pas que ces superstructures soient la meilleure solution pour faire des économies : « Il y a un manque de proximité ». C’est d’ailleurs une des raisons qui le pousse à s’opposer aux instances de la nouvelle communauté d’agglomération de Rambouillet territoires, dont St-Arnoult-en-Yvelines est membre depuis le 1er janvier dernier. « Trop de communes sont écartées, il n’y a pas de cohésion territoriale et rien n’est fait de manière collégiale », ajoute Jean-Claude Husson, qui a refusé la vice-présidence à l’aménagement du territoire.

Julien Bossu