L’élu de la semaine : Jean-Claude Brus

Des services techniques à la gestion communale

Condorcet n’est pas qu’un Centre de formation pour les élus locaux, c’est également un charmant petit village au cœur de la Drôme. Son maire, Jean-Claude Brus fait profiter sa commune de son expérience acquise au sein d’une collectivité territoriale depuis de nombreuses années

Condorcet est un village de 500 habitants nationalement connu grâce à Jean Antoine de Caritat, plus célèbre sous le nom d’usage de “Marquis de Condorcet”, qui a choisi de prendre ce patronyme en hommage au berceau familial de ses ancêtres. Le village d’aujourd’hui n’est plus celui du “Marquis de Condorcet”, il a été reconstruit dans la vallée.

L’envie de s’investir pour les autres

Jean-Claude Brus est issu d’une famille d’ouvriers, ni politisée ni militante. D’ailleurs, son ambition politique est arrivée très tard. Il a, dans un premier temps privilégié sa carrière professionnelle. Métreur en bâtiment de formation puis conducteur de travaux dans le secteur privé, Jean-Claude Brus commence à travailler pour la ville de Nyons en 1984. Il y est technicien supérieur dans la partie des travaux de voirie. « À l’approche de la retraite, j’ai ressenti le besoin de m’investir dans la vie de mon village. J’ai donc décidé de me présenter aux élections municipales de 2014, explique Jean-Claude Brus. L’ancien maire m’avait convié à la commission des impôts de la commune qui influe sur les impôts fonciers. En 2014, il n’a pas voulu se représenter. Je ne souhaitais pas forcément être maire mais j’ai eu le plus de voix sur les 17 candidats. Nous sommes 11 élus dont 5 le sont pour la première fois. Je m’appuie sur ceux qui ont déjà exercé un mandat », déclare Jean-Claude Brus qui est surpris par les attentes multiples des habitants. « Je suis à la retraite dans deux ans et vais avoir encore plus de temps à consacrer à mon village. De par mon métier, je suis confronté tous les jours aux enjeux d’une collectivité territoriale et je souhaitais mettre à profit cette expérience », ajoute Jean-Claude Brus. Il a travaillé avec des maires de différentes couleurs politiques : « Je me suis bien entendu avec chacun d’entre eux. Je ne souhaite pas faire de la politique politicienne », précise Jean-Claude Brus qui se focalise sur l’intérêt général. Encore en activité, il s’est accordé un droit de réserve, celui de ne pas être encarté politiquement, même s’il est investi de longue date dans la vie de sa commune au travers de différentes associations (comité des fêtés, parents d’élèves,…).

Ruralité et entraide

Les projets se multiplient. La révision du PLU est en cours. Les études ont commencé et les réunions vont prendre la suite avec le monde agricole et la population. L’équipe municipale s’attelle également à la mise aux normes d’accessibilité des différents bâtiments communaux et a réussi à intégrer un guichet de La Poste dans la maison communale « afin de ne pas perdre ce service public important pour la vie des habitants ».

Situé dans l’arrière-pays, Condorcet est confronté aux défis de la ruralité. « Le monde agricole est en mutation. Les petites exploitations ne trouvent pas de repreneurs. Les enfants choisissent une autre vie. Nous sommes sur des terres où les arbres fruitiers et les oliviers poussent bien et certaines terres sont rachetées pour être transformées en vignes », ajoute Jean-Claude Brus.

L’entraide est une réalité du monde rural et la gestion d’une petite commune n’y échappe pas. Jean-Claude Brus travaille en collaboration avec les villages qui l’entourent. C’est notamment le cas pour la station d’assainissement qui a été construite en partenariat avec la commune voisine de Les Pilles. Dans le domaine scolaire la mutualisation est aussi effective. « On lutte pour conserver notre école alors nous avons mis en place un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec 5 communes. Les classes primaires sont à St-Ferréol-Trente-Pas et celle des maternelles est à Condorcet. « Le village accueille une maison “Perce-Neige” et cette dernière dispose d’une cuisine collective, nous passons donc par elle pour la préparation des repas des 60 élèves de nos écoles », ajoute Jean-Claude Brus, qui prend très à cœur son mandat. Il ne s’interdit pas de se proposer pour un second mandat.

Julien Bossu