L’élu de la semaine: Gautier Deront-Bourdin

Gautier Deront-BourdinUne jeunesse responsable

Adjoint au maire de Valbonne Sophia Antipolis, la seule mairie à direction socialiste de plus de 10 000 habitants des Alpes-Maritimes, Gautier Deront-Bourdin résume ainsi sa volonté, ses ambitions : « Prendre en compte, écouter, trancher sans faire de populisme, travailler pour l’intérêt général »

Gautier Deront-Bourdin est né en janvier 1987 et rejoint le PS en 2007, après les primaires auxquelles il n’a pas voulu participer : « Je ne me sentais pas la légitimité de prendre part au vote. A partir du moment où le choix a été fait, j’ai adhéré ». Il était “de gauche” depuis des années. A la fois par l’influence de son milieu familial : il a baigné dans un climat « très politisé, très ouvert sur le monde, on cultivait les débats, les discussions. » Aussi par ce qu’il ressentait, comment il voyait la société.

Au Parti s’ajoute en 2010 un investissement dans le MJS : « Un énorme apprentissage de ce que veut dire militer et débattre ». En 2012, il devient secrétaire de la section locale. Parallèlement, il poursuit ses études et obtient une licence de droit public et un master de sciences politiques.

Première technopôle d’Europe

Son engagement débouche sur une entrée au Conseil municipal de Valbonne en 2008 : le maire, Marc Daunis, entend rajeunir la liste qu’il conduit. Il lui propose une délégation, mais Gautier Deront-Bourdin refuse : « Il fallait que je finisse mes études. Mais, à ma place, dans ce premier mandat, j’ai pu me familiariser avec des thèmes qui constituent aujourd’hui un axe central de ma vie d’élu : le vivre ensemble au niveau local, le faire commun ensemble. » En 2014, Marc Daunis lui propose de nouveau une délégation. Cette fois, il accepte et le voici adjoint délégué à l’emploi, la jeunesse et la ville numérique : « Dans cette équipe qui mêle la jeunesse et l’expérience,  des militants et des non-cartés, je veux apporter ma vision des choses, notamment sur ce que doit être la politique ».

Son champ d’activités est large. Le numérique, bien sûr, et le chantier est vaste dans cette commune qui « héberge la première technopole d’Europe. Nous avons à Valbonne des pépites, des joyaux. Il faut que nous puissions en profiter localement ». La jeunesse et l’emploi aussi et il lie pour partie les deux questions. Certes, le domaine de l’emploi n’est pas de la compétence communale mais du ressort de la communauté, Valbonne entend pour autant « veiller à une efficacité qui soit au plus près des attentes des populations locales, par exemple par le développement des emplois d’avenir ». L’élu attache aussi une forte attention à la jeunesse. Il reconnaît qu’un grand travail a été fait vers elle depuis des années, « mais sans la rendre responsable ». Son ambition : « Que les jeunes deviennent des acteurs de leur vie ». Les aider aussi, en allant à leur rencontre : « Ceux qui sont en échec scolaire, en rupture avec le système, qui sont seuls dans leur coin. Pouvoir les mettre en relation avec des professionnels de la santé, de l’aide psychologique ». Des structures sont en cours d’élaboration, comme un point d’information jeunesse. La commune a mis aussi en place « un fonds d’aide aux jeunes, pour qu’ils puissent monter leurs projets. Un jury composé de jeunes et d’élus examine ces projets à portée collective ». Une jeune fille de 15 ans qui fait partir des jeunes en week-end reçoit des aides locales, comme cette autre qui bâtit le projet d’un film sur la situation de la forêt au Brésil… On l’a compris, il s’agit d’aider la jeunesse à se responsabiliser, à s’engager. Gautier Deront-Bourdin est convaincu qu’en se prenant en main, elle pourra aussi changer la société et il conclut : « L’échelon local est un excellent échelon ».

Denis Lefebvre

Ce portrait est extrait de la lettre n°247 du 28 février 2016

Abonnez-vous à Communes de France