L’élu de la semaine: Cyril Chappet

Cyril Chappet (2)Un militant de choc pour la Charente-Maritime

Premier-adjoint à St-Jean-d’Angély, Cyril Chappet est aussi le nouveau premier secrétaire fédéral du PS de Charente-Maritime. Portrait d’un militant de choc.

La Charente-Maritime n’a aucun secret pour Cyril Chappet. Il en connaît l’histoire, la géographie, les moindres aspects de la vie politique et sociale. C’est un territoire qui le passionne et qu’il contribue à faire aimer. 1er adjoint de Françoise Mesnard à la mairie de St-Jean-d’Angély, il est aussi depuis peu premier fédéral de Charente-Maritime après la décision de Mickaël Vallet de ne pas solliciter un nouveau mandat. En Charente-Maritime, la Fédération prend l’apparence, les années passant, d’un sympathique et très efficace commando de choc. Au service des idées socialistes et républicaines. Toujours. Cyril Chappet entend d’ailleurs poursuivre le travail que, collectivement, ils ont mené avec Mickaël Vallet : «Réapprendre à se parler, à travailler ensemble», bâtir un outil pour porter notre message au plus près des citoyens, voilà les missions qu’il s’assigne en tant que premier fédéral.

Vingt et un ans d’engagement au PS pour Cyril Chappet n’émoussent pas ses convictions ni son enthousiasme. Lui qui a toujours baigné dans les idées socialistes, par sa famille notamment, s’est véritablement engagé en 1994, à tout juste 23 ans. On vient le chercher pour se présenter aux élections cantonales. Il est alors étudiant. Personne ne croit en sa victoire. Il “rend service” et, à la surprise générale, dont la sienne, est élu conseiller général de Charente-Maritime. Benjamin de l’assemblée départementale, membre du PS, il ne va plus lâcher la politique. Il a été secrétaire fédéral aux élections et est probablement l’un des plus fins connaisseurs de la carte électorale de son département. «Passionné par la géographie électorale et la géopolitique, locale ou nationale», il sait qu’une stratégie gagnante repose sur une connaissance parfaite du terrain. Le militant s’aguerrit, dans les campagnes successives, connaît succès et défaites, garde toujours l’idéal et l’envie de se battre.

Vecteur d’émancipation

Militant, désormais premier fédéral, Cyril est aussi un élu de terrain agissant au quotidien au plus près de ses concitoyens. Un an après le changement de majorité à St-Jean-d’Angély, le changement est évident. 1er adjoint en charge de la culture et des grands projets, Cyril Chappet obtient déjà des résultats, concrets, rapides. Plus dynamique, avec d’importants projets en cours, dont un Espace Culturel de Rencontre, la ville de St-Jean-d’Angély dispose désormais d’un projet de long terme et de réalisations en cours. Cyril Chappet, comme Françoise Mesnard, fait partie des élus qui croient en la culture et au rôle qui doit être le sien dans notre société. Il est ainsi l’artisan de la rapide et efficace création dans la commune dont il est élu d’un EPCC chargé de gérer un service public culturel basé à l’Abbaye royale, datant du IXe siècle. Les différentes activités culturelles seront abritées par l’Abbaye, fleuron de l’art roman, lui-même mis en valeur par un important programme de réhabilitation. La nouvelle équipe le croit dur comme fer : la culture est un vecteur de développement économique pour le territoire, mais pas seulement, c’est aussi un vecteur d’émancipation. C’est le rôle de la gauche, pense Cyril Chappet, de placer une conception exigeante de l’homme, au cœur du projet politique à bâtir.

De lui Mickaël Vallet, son prédécesseur et président du groupe socialiste et républicain au Conseil départemental, dit qu’il sait «travailler dans l’apaisement et le rassemblement, a le sens du collectif, et que c’est une véritable fierté qu’il lui succède à la tête de la fédération de Charente-Maritime».

Gaël Brustier

Ce portrait est extrait de la lettre de Communes de France n°220 du 16 juillet 2015

Abonnez-vous à Communes de France