L’élu de la semaine : Christian Redon-Sarrazy

  Entre proximité et humilité

Maire de Meuzac, Christian Redon-Sarrazy est vice-président de la communauté de communes Briance-Sud-Haute-Vienne. Il est également sénateur suppléant de Marie-Françoise Pérol-Dumont, sénatrice de la Haute-Vienne

Son engagement politique, il le tient de son père qui a été conseiller municipal. « Lors des élections municipales de 2001, j’ai succédé à mon père au conseil municipal car j’avais moi aussi envie d’être dans cette équipe qui partage mes idéaux, ainsi que mes valeurs républicaines et humanistes », déclare Christian Redon-Sarrazy, qui avait besoin de porter les projets du quotidien et ainsi d’être dans le concret. C’est la défaite socialiste aux élections législatives de 1993, qui l’a poussé à prendre sa carte au parti socialiste. « Je ne voulais pas être un simple observateur, je souhaitais participer à la reconquête en me mettant à disposition », confie-t-il.

Accompagner les projets

Depuis son élection à la tête de la municipalité en 2007, Christian Redon-Sarrazy continue de porter sa commune dans sa mutation. Meuzac pourrait être définie comme la ville type de l’habitat périurbain en province. Village situé à 40 kilomètres de Limoges et tout près de l’autoroute, il allie aussi bien les valeurs rurales qu’urbaines, avec une grande part de sa population qui travaille en dehors de la collectivité. « Face aux attentes et aux besoins de ces nouveaux ruraux, nous avons d’ailleurs ouvert une médiathèque intercommunale », précise Christian Redon-Sarrazy.

La commune de Meuzac ne connaît pas le phénomène de décentralisation des centres bourgs. En effet, la mairie est propriétaire du foncier de nombreux commerces. « Cela nous permet d’accompagner des projets forts, de maintenir des commerces de proximité et de créer des pôles de services. Nous avons notamment pu acheter un ancien garage pour le reconvertir en agence postale, un électricien a également pu s’y installer et le reste de l’espace disponible a été transformé en bureaux, aujourd’hui occupés par une société de courtage », ajoute Christian Redon-Sarrazy.

Proximité

Christian Redon-Sarrazy est directeur de l’IUT du Limousin. Cette profession lui confère une certaine expertise en matière de formation et d’enseignement : « Toujours dans le but de maintenir une certaine proximité entre les territoires et la formation, nos 2 400 étudiants sont répartis sur six sites différents et non sur un seul et unique grand campus. Nous associons donc pleinement l’entreprise à la formation pour permettre une insertion plus rapide dans le monde de l’emploi. En effet, 9 alternants sur 10 obtiennent un emploi dans les 6 mois qui suivent l’obtention de leurs diplômes. Il est important d’être en phase avec les attentes de chacun, aussi bien les étudiants, que les entreprises et les collectivités ».

Christian Redon-Sarrazy met également un point d’honneur au développement de la fibre sur son territoire et à la montée en débit du réseau numérique : « La fibre est une nécessité pour le développement économique en zone rurale. Dans ces territoires, ce sont les collectivités qui ont la charge de son installation, à l’inverse des zones urbaines où les opérateurs la prennent à leur charge. Le coût reste important malgré les aides et nous avons fait le choix de prioriser le raccordement des zones artisanales et industrielles », explique-t-il.

Il a également été mis en place sur la commune un projet alimentaire de territoire, pour rapprocher production locale et consommation locale : « Nous avons la chance d’avoir la viande Limousine, nous sommes aussi un territoire important de production agricole. Nous favorisons donc la consommation locale dans la restauration collective (cantines scolaires, EPAD…). Il y a des chemins nouveaux à prendre en matière de consommation locale », conclut Christian Redon-Sarrazy.

Julien Bossu