L’élu de la semaine: Jean-Luc Chenut

ChenutDe la fonction publique à celle d’élu

Jean-Luc Chenut a été élu président du département de l’Ille-et-Vilaine le 2 avril dernier, quelques jours après avoir fêté ses 55 ans, lors du second tour des élections, le 29 mars

Après un master d’aménagement du territoire, Jean-Luc Chenut est lauréat du concours d’attaché territorial en 1985 et occupe son premier poste à la ville de St-Herblain, sous la houlette de Jean-Marc Ayrault. Jean-Luc Chenut fait toute sa carrière dans la fonction publique. Durant 9 ans, il est le directeur général des services du Rheu, commune dont il ravira le fauteuil de maire quelques années plus tard. Jean-Luc Chenut a également pris la direction des ressources humaines de l’office HLM de Rennes métropole. Il est aujourd’hui en détachement afin de se consacrer pleinement à son mandat d’élu.

Sa longue expérience au sein de collectivités territoriales lui a donné l’envie de se confronter au verdict populaire. Il est candidat pour la première fois aux municipales en 1995 à Feins, sa commune d’origine. Il est élu conseiller municipal et communautaire. En 1998, son engagement le pousse à prendre sa carte au PS. C’est sous cette couleur qu’il sera candidat à la mairie du Rheu en 2001. En 2008, il est élu vice-président de Rennes Métropole chargé des finances. Au Conseil général, il s’occupe des sports. Il se met en disponibilité de l’administration pour se consacrer pleinement à ses mandats à partir de 2008.

Un bouclier rural

Et en 2014, il est réélu à la mairie du Rheu et à la métropole rennaise, mais renonce à ses mandats pour celui de président du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine. «Nous avons mené une campagne pour ces élections départementales afin de contrer la vague bleue annoncée en mettant en avant notre bilan positif. Depuis des années, nous avons un vrai programme, centré sur des valeurs de solidarité et d’égalité des chances qui ont été plébiscitées par les électeurs le mois dernier. Nous leur avons demandé : quelle majorité voulez-vous pour diriger le département? Il souhaite travailler de façon intelligente avec la Métropole Rennaise » et précise que « cette dernière n’a pas de volonté hégémonique, ni de raison de tendre vers le modèle lyonnais. Nous avons pour ambition que les départements ne soient pas une “super” agence sociale ».

Sa politique s’inscrit dans la continuité de celle de la majorité précédente en s’adaptant aux évolutions des politiques : «Nous ne souhaitons pas opposer les ruraux à la métropole, mais plutôt agir pour une meilleure égalité des territoires», ajoute Jean-Luc Chenut. Il propose la mise en place d’un bouclier rural, qui permet de définir un temps d’accès aux services publics et privés (comme les banques). D’ailleurs, la troisième génération des contrats de territoires vient d’enter en vigueur avec les 25 intercommunalités que compte le Département.

« Nous sommes face à une mauvaise information des citoyens sur le rôle du conseil départemental et des actions qu’il mène», constate Jean-Luc Chenut. Il compte dynamiser la démocratie participative et faciliter cette compréhension par des actions de communication : «Les citoyens n’ont pas conscience d’où viennent les prestations qu’ils perçoivent. Le calendrier parlementaire de la loi NOTRe, en même temps que la campagne électorale, n’a pas aidé à l’explication du rôle des départements lorsque certains parlaient de leur disparition, alors que le Conseil départemental est difficilement attaquable». «Agir pour l’égalité des chances, c’est se prémunir contre l’exclusion sociale», conclut Jean-Luc Chenut.

Julien Bossu

Ce portrait est extrait de la lettre de Communes de France n°209-210 du 25 avril 2015

Abonnez-vous à Communes de France