L’avenir du monde rural, par Irène Félix

Edito - Irene Félix

À l’heure  où  l’on  débat  de  la réorganisation  territoriale  de la  République,  quatre  départements  de  gauche  du  Centre de la France, le Cher, la Nièvre, l’Allier et la Creuse, ont choisi d’organiser un  colloque  pour  promouvoir  “les  Nouvelles ruralités” et affirmer leur confiance dans l’avenir des zones rurales.

 

Qualité  de  vie,  fortes  identités  culturelles locales, savoir-faire industriels ou de services, coût modéré du foncier et de l’immobilier font partie des indéniables atouts de ces territoires. Aux politiques d’en garantir quelques autres comme l’excellence éducative,  le  maintien  des  services  publics, notamment  de  santé,  la  vitalité  associative, garante du lien social, la protection de l’environnement et l’ouverture indispensable  sur  le  monde,  permise  par  les  infrastructures de communication.

Ces enjeux concernent une très large majorité de la population de notre pays. Une récente étude met en effet à mal cette idée trop souvent affirmée selon laquelle la population française serait majoritairement devenue urbaine. Si l’on admet une définition plus réaliste de la ville, n’intégrant que des bourgs de plus de 5 000 habitants (ce qui est encore une définition qui peut prêter  à  sourire  de  la  ville !),  alors  70 %  des Français vivent encore dans des territoires ruraux.

Dans le contexte de la réforme territoriale en  cours,  il  importe  donc  que  les  socialistes ne perdent pas de vue cette part de la  France  dont  le  vote  malheureusement croissant  en  faveur  du  Front  national  dit l’impatience et la crainte de la relégation. Présence  réaffirmée  de  l’État  dans  ses fonctions  régaliennes  et  capacités  réelles laissées aux collectivités locales sont l’une

L’avenir du monde rural et  l’autre  indispensables.  Concernant  les collectivités locales, l’objectif ne sera atteint que grâce à une répartition beaucoup plus rigoureuse  des  compétences,  le  maintien des  outils  d’animation  des  territoires  tels que  les  Pays  et  une  péréquation  vigoureuse.

Irène Félix, secrétaire générale de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains, vice-présidente du Conseil général du Cher